Top5 Sujets

Filtres Photos pour Facebook

dans Made in fan (8 réponses)

Publié par Ophaniel, le 10 janvier 2020 - 12:28

Création de texte - Vos répliques favorites

dans Made in fan (11 réponses)

Publié par Heretoc, le 24 octobre 2019 - 18:12

A la chasse aux HF!

dans La Taverne (90 réponses)

Publié par Ycien, le 06 décembre 2017 - 09:55

Noob, le jeu vidéo !

dans La Taverne (162 réponses)

Publié par Heretoc, le 14 septembre 2017 - 12:18

[Level up] Le forum passe au niveau 6

dans Annonces officielles (17 réponses)

Publié par Valk, le 21 janvier 2020 - 22:53

Index du forum Index du forum Chroniques d'Olydri Fanfics [NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique

[NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique

104 réponses - Page : 6 sur 6 - 1 2 3 4 5 6

[NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique - Mission #10 (suite)
le 10 juillet - 15:52

Je déduisis de ces propos qu’il s’agissait de la mère de Darren. Et qu’elle avait cherché à assassiner Keynn qu’elle tenait apparemment pour responsable de la disparition de son enfant. Je ne m’étais pas intéressé à la peine encourue pour tentative de régicide. Probablement la mort. Même si la personne ignorait qu’il s’agissait de son suzerain.

– Je ne t’appartiens pas, déclara Darren.

– Ne t’inquiète pas mon tout petit, continua la femme comme si Darren n’avait rien dit. Je te protégerai cette fois. Plus personne ne t’enlèvera à moi. Maman ne laissera plus personne te faire de mal.

– J’avais besoin de toi avant. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

– Non mon bébé… gémit la femme. Je vais te débarrasser du méchant monsieur, tu vas voir.

– Tu ne lui feras pas de mal, décréta Darren. Rentre chez toi.

– Oui, rentrons à la maison mon cœur, approuva la vieille folle.

Darren ôta le poignard du mur. Il n’allait quand même pas tuer sa propre mère ?!

– Darren, l’interpela Keynn en se levant.

Visiblement, je n’étais pas la seule à craindre l’issue de cette entrevue. Keynn fit reculer Darren et, lorsque la femme se jeta sur lui, l’Empereur la maîtrisa physiquement, la plaquant au mur. Elle se mit à hurler.

– Mon fils ! Rendez-moi mon enfant ! Je ne vous laisserais pas lui faire du mal ! C’est mon enfant !

Keynn la laissa s’égosiller, attendant qu’elle s’épuisât et qu’il ne resta plus entre ses mains qu’un corps secoué de pleurs.

– Mon bébé, sanglota-t-elle.

– Vous êtes la mère de Darren, reconnut Keynn. Et l’important pour une mère c’est le bonheur de son enfant, n’est-ce pas ? Qu’il soit en bonne santé et qu’il soit heureux.

Elle acquiesça silencieusement.

– Alors laissez-le partir, poursuivit Keynn.

Elle commença à faire non de la tête.

– Vous savez qu’il n’a plus sa place dans ce village, ajouta Keynn. Sa vie est ailleurs désormais.

– C’est mon bébé… gémit-elle.

– Et rien ne le changera jamais, affirma Keynn. Mais vous devez lui laisser faire ce choix. Vous savez désormais qu’il est toujours vivant et vous pouvez garder la certitude qu’il continue de vivre et qu’il est aimé et protégé. Matylda, pour le bien de Darren, ne l’obligez pas à rester. Rendez-lui sa liberté.

Après quoi, Keynn la relâcha et recula lentement, probablement pour jauger sa réaction et prévenir tout éclat de violence. Il encouragea ensuite Darren à s’approcher de sa mère d’une main derrière le dos. La femme serra aussitôt son fils dans ses bras en pleurant à chaudes larmes. Même dans l’obscurité, je remarquai la raideur de Darren à ce contact ainsi que ses gestes mécaniques pour rendre un semblant d’étreinte.

Après ce qui me parut une éternité de pleurs et de mots baragouinés, la femme relâcha finalement Darren et, gardant le contact le plus longtemps possible jusqu’au bout de ses doigts, elle partit. L’atmosphère oppressante se dissipant finalement, je pus de nouveau respirer. Jusqu’à ce que je notasse le couteau encore présent dans la main de Darren.

Keynn invita Darren à se recoucher avec lui, offrant du réconfort à l’adolescent d’un bras protecteur et de mots chuchotés trop bas pour que je puisse les saisir. Ou alors Darren dormait avec Keynn en tant que protection rapprochée au cas où sa mère déciderait de revenir plus tard. Non. Là je devenais paranoïaque.

Pour autant que je le susse, le reste de la nuit se déroula paisiblement. Je me réveillai comme la veille au bruit du village. Les autres étaient déjà réveillés. À part le mage. Quelqu’un avait-il vérifié qu’il était encore en vie au moins ?

– Bonjour, salua Myrria un panier plein de victuailles au bras.

Excellent timing.

– Alors j’ai réfléchi pendant la nuit, commença-t-elle.

– Et ? se méfia Darren.

Vu l’idée que sa mère avait eu la nuit dernière, il y avait toutes les raisons du monde de se défier de ce que sa sœur avait concocté. Je notai d’ailleurs que, tandis que le griffon avait disparu, le couteau était toujours à portée de main de l’adolescent.

– Je vais vous accompagner à Centralis et je me ferai injecter, annonça Myrria. Comme ça je deviendrai néogicienne et je pourrai rester avec Darren. N’est-ce pas ?

Elle s’était tournée vers Keynn pour confirmation.

– Darren n’a pas besoin de toi, il m’a moi maintenant, intervins-je.

Le sourire de Myrria vacilla un instant.

– Et je te remercie de t’occuper de lui, déclara-t-elle.

Fayrrioh étouffa un rire. Je lui lançai un regard noir.

– Myrria, je vais actuellement dans une école qui est un internat, expliqua Darren. Même si tu te fais injecter et viens à Centralis, nous ne vivrons pas ensemble.

– Et il passe ses vacances avec moi, appuyai-je.

– Et tu as ta vie ici, conclut Darren. Tu ne peux pas tout abandonner sur un coup de tête.

– Bien sûr que si ! protesta-t-elle. Je peux…

– Et Sthæno ? la coupa Darren.

Elle rougit.

– Comment tu… ? fit-elle embarrassée.

– Ce n’est guère compliqué à deviner, répondit Darren posément. Vous allez bientôt vous marier.

Elle hocha la tête.

– Mais ce n’est pas grave, reprit-elle passionnée. Je peux… Je veux être là pour toi Darren. Sthæno comprendra.

– Je n’ai pas besoin que tu t’occupes de moi, la contra Darren. Je sais prendre soin de moi et j’ai d’autres gens sur qui compter. Vis ta vie Myrria.

La jeune femme hésita un instant, ouvrant et fermant la bouche sans pour autant réussir à commencer une phrase.

– Quand tu partiras, finit-elle par dire, tu ne reviendras plus jamais ici ?

– Ma présence ici n’est pas intentionnelle, répondit Darren. Je ne souhaitais pas y revenir et ma volonté à ce sujet n’a pas changé.

– Je comprends.

Puis elle décida que dans ce cas, elle passerait tout son temps avec son frère pour profiter de lui tant qu’elle le pouvait. Ce fut ainsi que Darren se trouva entraîné à l’extérieur, nous abandonnant lâchement au milieu du bétail.

Un peu avant midi, Keynn décida de faire un tour dans le village et me proposa de l’accompagner. J’acceptai aussitôt. Je n’en pouvais plus de rester cloîtrer ainsi sans rien faire. Et en même temps je n’avais pas osé sortir seule dans ce lieu inconnu. Fayrrioh resta dans l’étable à reposer sa jambe et à veiller sur le mage.

Je m’aperçus rapidement que cette balade était en réalité une opportunité d’apprendre. Pour moi comme pour Keynn. En effet, ce dernier se mêlait aux habitants, s’intéressait à ce qu’ils faisaient et à leurs conditions de vie. Les villageois ignoraient qu’ils hébergeaient leur Empereur, néanmoins leur Empereur ne les oubliait pas.

Nous récupérâmes Darren pour le déjeuner et retournâmes auprès de Fayrrioh. Apparemment le teknögrade s’était ennuyé en notre absence.

– Gamin, il y a un truc qui me travaille depuis un moment déjà, déclara Fayrrioh. Comment as-tu su pour l’attaque ? Pour que tu arrives à temps sur Keynn, vu la distance à parcourir, il a été nécessaire que tu partes avant même que cet archer ne décoche son tir. Même Keynn n’a rien vu venir et il était aux premières loges.

– J’ai été prévenu, répondit évasivement Darren en jetant un coup d’œil interrogateur à Keynn.

– Qu’est-ce que tu racontes, intervins-je. Nous étions en pleine discussion et tu t’es interrompu brutalement au milieu d’une phrase avant de détaler.

– Tu étais au courant qu’il y allait avoir une attaque et tu n’as prévenu personne ? s’étonna le teknögrade.

– Il t’a contacté en dehors de Centralis, fut le commentaire pensif de Keynn.

Darren n’ajouta rien de plus, attendant visiblement l’aval de Keynn avant d’en dévoiler davantage.

– Quoi ? Il faut que j’aille faire un tour dehors ? réalisai-je.

Pour proche que je fusse de Keynn Lucans, je n’en avais pas pour autant l’habilitation d’un teknögrade de rang un.

– Et puis si Darren est au courant, je peux bien l’être aussi, protestai-je dans un vain espoir.

– Détrompe-toi, me corrigea Keynn. Risdam n’est pas au courant de l’affaire non plus.

Un secret que même un teknögrade ne connaissait pas ?

– Comme vous le savez, Darren est de naissance olydrienne et a donc reçu l’injection du sérum N01. Ce que vous savez moins, c’est que lors de certaines injections, nous avons commencé à relever le développement de certains dons psychique, commença à expliquer Keynn.

– Des dons psychiques ? l’interrompis-je ne comprenant pas ces termes.

– Des facultés développées par l’esprit, comme la possibilité de communiquer ou de déplacer des objets par la pensée, développa Keynn.

– C’est incroyable… m’émerveillai-je. Et Darren peut faire ça ?

– De ce dont nous avons pu apercevoir au fil des années, Darren est réceptif à la télépathie. C’est la possibilité de communiquer entre deux esprits. Et, à vrai dire, il n’a été en contact qu’avec une seule et même personne, mon père, Sirius Lucans.

– Darren communique avec les morts ?! m’ébahis-je.

– Un autre point important, ajouta Keynn, c’est que, contrairement à ce qui est connu du public, mon père n’est pas tout à fait mort.

– Comment ça pas tout à fait mort ? fis-je ne comprenant pas.

Keynn expliqua alors brièvement les travaux de son père sur le psychisme qui l’avait poussé à abandonner son enveloppe physique.

– À vrai dire, j’avais perdu tout espoir de communiquer avec lui jusqu’à ce que Darren arrive, révéla Keynn. Malheureusement, ce n’est pas un processus très fluide et qui ne fonctionne que dans un seul sens. Darren ?

– Sirius ne me parle pas véritablement, expliqua le concerné. C’est plutôt des impressions qu’il laisse, des impulsions que je suis libre de suivre ou de refuser. Pour l’attaque, il m’a envoyé un signal danger et stimulé une forte envie de plaquer Keynn au sol. Dans d’autres cas, il peut me guider, m’indiquer le chemin à suivre si je fais particulièrement attention. C’est un peu comme un sixième sens. Cependant, comme l’a dit Keynn, il n’y a rien de sûr et c’est très aléatoire.

Epsilone
Sujets: 3
Messages: 110
Inscription: 10 janv. 2021
Hors-ligne
[NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique - Mission #10 (suite et fin)
le 10 juillet - 15:54

– C’est quand même dingue… fis-je subjuguée.

– Je rejoins Kiruna sur son avis, m’appuya Fayrrioh.

– Je ne pensais pas que mon père avait une influence en-dehors de Centralis en revanche, commenta Keynn. Je me demande quelle est sa limite ?

Darren fut encore avec sa sœur tout l’après-midi. De mon côté, je finis par oser me promener seule dans l’enceinte du village. Je ne le revis que vers le crépuscule, descendant d’un arbre.

– Que faisais-tu dans l’arbre ? l’interrogeai-je surprise.

– J’observais ce qui avait changé, répondit-il.

– Dans l’arbre ? fis-je sceptique.

– J’y passais beaucoup de temps, expliqua-t-il.

– Dans l’arbre ? répétai-je.

– Oui.

Un garçon bizarre. Pas besoin d’autre explication. Surtout ne pas insister.

– Pourquoi avoir dit à Myrria que je passais mes vacances avec toi ? m’interrogea à son tour Darren.

– Parce qu’à partir de maintenant c’est le cas, affirmai-je. Tu vas venir vivre chez moi.

– Je n’ai pas souvenir d’avoir accepté ni même entendu un tel plan, répondit Darren.

– Et bien voilà, tu l’as entendu, fis-je. Sérieusement, tu ne vas pas refuser une telle proposition ? Je sais bien qu’on n’est pas toujours du même avis. Mais je ne vais pas te laisser tout seul et à la rue. Tu peux compter sur moi maintenant.

– Je ne suis ni seul, ni à la rue, m’opposa Darren. Merci pour la proposition mais j’ai d’autres plans pour occuper mon temps hors périodes scolaires.

– Quoi, tu vas aller avec ces cinquièmes années pour être leur bonniche ? m’exaspérai-je.

– J’ignore pourquoi tu t’entêtes avec eux, répondit Darren. Ils ne sont pas tels que tu te les imagines. Mais non, ce n’est pas avec eux.

– Oh, s’il-te-plait, ne me prends pas pour une idiote, sifflai-je. Je t’ai vu partir certains soirs avec eux, soi-disant pour boire un verre, mais bizarrement, tu ne revenais que plusieurs jours plus tard, manquant même des cours. En plus, quand tu revenais finalement, tu étais parfois encore amoché. Alors ne vient pas me dire qu’ils ne te font aucun mal.

– L’événement et la conséquence que tu as observés ne sont pas liés, exposa Darren.

– Cela ne peut pas continuer comme ça, m’énervai-je. Non seulement tu te fais molesté mais en plus cela mais en péril ton apprentissage. Je vais prévenir Keynn.

– Il est déjà au courant, déclara Darren.

– Et il ne fait rien ? fis-je pas le moins du monde convaincue.

– Il n’a rien besoin de faire.

À mon avis, Darren n’avait tout simplement rien dit. Cependant, je n’avais pas l’intention de lâcher l’affaire. Je ne savais pas ce que ces étudiants avaient contre Darren, mais je le protégerai même contre sa volonté. J’étais maintenant sa grande sœur après tout.

Nous rentrâmes à l’étable pour constater que le mage s’était finalement réveillé. Il était affamé, assoiffé et courbaturé. Par ailleurs, Fayrrioh estimant que sa jambe était suffisamment guérie, Keynn décida d’un départ demain à l’aube.

– Un griffon, chuchota le mage pour nous prévenir.

– Ben oui. Et ? demandai-je.

– T’inquiète pas Urgëll, c’est la bestiole du gamin, expliqua Fayrrioh.

J’avais oublié qu’il n’était conscient que depuis peu et qu’il n’avait donc jamais eu l’occasion de rencontrer la créature. Cette dernière passa encore la nuit collée à Darren. À la place de l’adolescent, je me serais inquiété que le griffon roulât sur moi et m’écrasât dans mon sommeil. Surtout vu le poids, il y avait de quoi l’écrabouiller. Je me serais presque attendue à retrouver un Darren tout plat à mon réveil.

Le lendemain, tous les blessés avaient suffisamment récupéré pour partir. Keynn n’avait plus de vertiges, Fayrrioh ne sentait plus qu’un léger tiraillement qui diminuerait sa vitesse mais ne l’empêcherait pas de se déplacer, et le mage était courbaturé mais surtout ne pouvait pas faire appel à la magie comme il le souhaitait.

Je n’étais pas inquiète pour notre sécurité. Nous avions quand même un teknögrade de rang un dans notre groupe. Une protection largement suffisante pour les quelques dangers présentés par la faune locale. D’autant plus lorsque Darren et surtout son griffon, nous rejoignirent peu de temps après avoir quitté le village. En effet, Darren avait préféré s’éclipser avant l’aube. Pour ne pas avoir à faire ses adieux, je supposai.

Le duo ne resta pas longtemps au sol. À peine le temps d’échanger quelques propos qu’ils s’étaient de nouveau envolés. Cela aurait été tellement plus rapide si nous avions tous eu des montures… Mais le village n’en possédait pas, et Darren n’était pas capable d’en attraper comme cela.

– Dites, fit le mage, je ne sais pas vous mais moi je ne suis pas au mieux de ma forme. Ce ne serait pas plus prudent que Darren reste avec nous dans ces conditions ?

Ils pouvaient bien le laisser s’amuser un peu quand même !

– T’inquiète pas, répondit Fayrrioh. De là-haut il peut voir les dangers en avance et assurer notre couverture aérienne.

Epsilone
Sujets: 3
Messages: 110
Inscription: 10 janv. 2021
Hors-ligne
[NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique - Mission #10 (scène bonus)
le 17 juillet - 12:21

Scène bonus #10



Après un dernier scan pour confirmer son identité, la porte du bureau de Keynn Lucans s’ouvrit devant Darren. C’était loin d’être la première visite du jeune homme en ce lieu de pouvoir et il n’accorda pas la moindre importance à la vue imprenable de Centralis visible par l’immense baie vitrée, ni au rayon de rosaphir qui s’élevait du sommet pour former le dôme protecteur de la capitale de l’Empire. Il n’était pas non plus surpris que son suzerain ne fût pas seul dans son office.

En revanche, il se sentit quelque peu perplexe devant le comportement de la visiteuse dont il ignorait par ailleurs l’identité. Cette dernière était une jeune fille de seize ou dix-sept ans, habillée, maquillée et coiffée avec une élégance irréelle qui ne pouvait néanmoins rattraper son attitude boudeuse et capricieuse qui lui donnait dix ans de moins. Elle était clairement en train de piquer une crise. L’adolescente cessa aussitôt sa représentation théâtrale en constatant l’arrivée d’un nouveau spectateur.

– Darren, se réjouit Keynn qui affichait précédemment un simple sourire indulgent.

– Qui c’est ? exigea la jeune fille d’un sifflement entre les dents.

Elle lançait un regard mauvais en direction de Darren qui avait du mal à comprendre cette hostilité et affichait soigneusement un visage neutre.

– Kiruna, je te présente Darren, expliqua Keynn. Comme toi, il a malheureusement perdu ses parents.

Darren nota avec attention la formulation de Keynn qui laissait entrevoir que la similitude ne comprenait pas un entraînement spécial et un rang de teknögrade du côté de la jeune fille. Et qu’elle ne devait pas être au courant de la position de Darren.

– Qu’est-ce qu’il fait là ? cracha Kiruna.

– Allons, ce n’est pas la peine d’être aussi agressive, tenta de l’adoucir Keynn. Comme vous êtes tous les deux dans un cas particulier, j’ai pensé que vous pourriez apprendre à vous connaître et vous rapprocher.

– Quoi ? lâcha Kiruna comme si on lui apprenait que son flamilynx était mort.

Même Darren eut une fugace expression sceptique devant la proposition de Keynn.

– Je n’étais pas venu pour ça, annonça le jeune homme à tout hasard.

– Je m’en doute bien Darren, lui assura Keynn sans se départir de son sourire. Mais je n’ai jamais eu l’occasion de vous présenter l’un à l’autre. Il serait bien dommage de ne pas profiter de cette opportunité puisque vous voici tous les deux réunis dans mon bureau à cet instant.

– Que voulez-vous que je fasse de ça ? demanda la jeune fille avec dégoût.

– Kiruna, essaie d’être gentille avec Darren, intervint Keynn. Il faut juste que vous appreniez à vous connaître.

– Mais vous en avez d’autres des enfants qui sortent de nulle part comme lui ? s’offensa Kiruna. Je pensais que j’étais la seule, moi.

– Actuellement, Darren et toi êtes les seuls mineurs avec qui j’interagis régulièrement, déclara Keynn. Et j’aimerais bien que vous vous entendiez.

– Ce n’est encore qu’un bébé, protesta Kiruna. Vous n’êtes pas sérieux ?

– Darren, je vois à ton visage que quelque chose te perturbe, s’intéressa Keynn au jeune homme qui ne s’était pas encore exprimé sur le sujet.

– Je suis juste perplexe que tu la laisses te manquer ainsi de respect, expliqua Darren.

– Quel culot ! répliqua Kiruna. Alors que tu oses tutoyer notre Empereur !

– Elle est encore jeune, cela lui passera, l’excusa Keynn.

– Keynn, je suis plus jeune qu’elle, lui rappela Darren.

La porte du bureau s’ouvrit à nouveau, ôtant au suzerain la lourde tâche de répondre. Darren n’était pas dupe. Il savait que Keynn avait calculé et dirigé le timing de la fin de la conversation pour correspondre à l’arrivée du nouveau visiteur dont la présence lui avait été informée sur sa visière bien avant qu’il n’ait mis un pied à l’étage.

– Monsieur Lucans, salua le dernier arrivé. Salut gamin.

– Bonjour Gretz, répondirent les deux hommes.

– Darren, peux-tu raccompagner Kiruna s’il-te-plaît ? sollicita Keynn.

– À tes ordres, répondit automatiquement le jeune homme avant de procéder à l’analyse de la demande.

– Nous dînerons tous les trois ensemble ce soir, décréta Keynn.

– Quoi ?! lâcha Kiruna tandis que Darren se raidissait imperceptiblement. Dîner avec… lui.

Un rire amusé sortit de la gorge de Gretz en apprenant la nouvelle.

– Et bien ça promet pour ce soir… se divertit le teknögrade. T’inquiète pas gamin. Il reste encore quelques heures avant le repas. Largement de quoi trouver une crise à gérer pour que ce soit annulé. Et sinon, tu peux toujours venir dîner chez moi.

– Comme tu voudras Keynn, répondit Darren même si cette idée le laissait toujours sceptique.

Puis il sortit accompagné de Kiruna qui se répandait en jérémiades sans pour autant protester, comprenant qu’elle était congédiée et que le dîner était obligatoire. Elle était capricieuse, pas stupide. Elle connaissait les limites à ne pas franchir.

– Je te préviens, je ne te laisserai pas me faire de l’ombre, déclara Kiruna dans l’ascenseur. Sa préférée c’est moi.

– Je ne pense pas que Keynn nous garde dans son entourage pour les mêmes raisons, énonça paisiblement Darren.

– Si tu crois que je ne te vois pas venir avec ton air de smourbiff des prés !

– Je ne connais pas cette expression, avoua Darren.

– Oh ! Mais tu sais très bien ce que je veux dire ! s’exaspéra Kiruna.

– Ce que j’ai compris, c’est que tu n’apprécies pas mon existence et tout ce qui en découle.

– Exactement ! approuva Kiruna. Tu aurais mieux fait de ne jamais exister ! Si tu disparaissais, tu ne manquerais à personne !

– Tu as raison, accepta Darren.

– Évidemment que j’ai rai… Hein ?!

– Kiruna te voilà enfin, où étais-tu passée ? demanda une femme. Je me suis inquiétée. Tu ne répondais même pas à mes messages.

– Désolée Tatie, s’excusa Kiruna pour la forme. J’étais avec…

La jeune fille se retourna mais il ne restait plus une trace de Darren. Se remémorant en boucle leurs derniers échanges, Kiruna ne put s’empêcher de s’inquiéter. L’après-midi passa beaucoup trop lentement au goût de la jeune fille qui se rongeait les sangs. Elle envoya même un message à Keynn pour savoir si Darren avait un réceptron et si elle pouvait avoir son identifiant. Elle n’obtint aucune réponse.

Quelques minutes plus tard, de plus en plus angoissée, elle envoya un second message indiquant sa crainte que Darren ne fît une grosse bêtise. Cette fois-ci, Keynn lui répondit de ne pas s’en faire pour Darren. Kiruna dut donc prendre son mal en patience et attendit avec inquiétude le repas du soir. Elle se présenta d’ailleurs en avance au dernier étage de l’Œil.

– Kiruna, ce n’est pas souvent que tu es en avance, se réjouit Keynn en la recevant.

La table était déjà dressée et des mets s’empilaient en son centre.

– Darren n’est pas encore là ? s’inquiéta plutôt la jeune fille.

– Non, mais il ne devrait pas tarder, l’informa Keynn. C’est vrai que tu m’as envoyé deux messages à son sujet cette après-midi. Inutile de t’en alarmer ainsi, tu as probablement mal interprété les paroles de Darren. Ah, le voici justement.

– Bonsoir Keynn, Kiruna, salua le susnommé.

– Et bien te voilà ! s’énerva Kiruna.

– Je ne suis pas en retard, souligna Darren pris de court par la furie de la jeune fille.

– J’ai crû que tu étais mort à cause de moi !

– Pardon ? fut la réaction simultanée de Darren et Keynn.

– Tu as dit que tu allais te suicider ! poursuivit Kiruna.

– À quel moment ? demanda Darren tandis que la tête de Keynn pivotait vers lui avec effroi.

– Quand tu disais que tu aurais mieux fait de ne jamais exister ! révéla Kiruna.

– C’est ce que toi tu as dit, la contredit calmement Darren.

– Bien, puisque le malentendu est dissipé, passons donc à table, intervint Keynn.

Ce dernier n’en jeta pas moins un long regard scrutateur à Darren promettant une discussion sur le sujet en tête-à-tête.

– Je ne suis pas suicidaire, se crût obliger de souligner Darren.

– J’espère bien, fit Keynn avant de laisser tomber le sujet et de s’enquérir de la journée de Kiruna.

Epsilone
Sujets: 3
Messages: 110
Inscription: 10 janv. 2021
Hors-ligne
[NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique - Mission #10 (scène bonus fin)
le 17 juillet - 12:21

Cette dernière n’eut aucunement besoin d’être persuadée à converser. Remarquant rapidement que ce n’était pas le cas de Darren, elle en profita pleinement pour accaparer l’attention. Keynn essaya d’attirer Darren dans la discussion à plusieurs reprises mais le jeune homme n’avait pas matière sur les sujets mondains en général et ce qui pouvait susciter l’intérêt d’une adolescente en particulier.

Il aurait plus volontiers parlé de la guerre contre la Coalition, de la politique interne de l’Empire ou encore du dernier complot déjoué. Cependant, cela aurait probablement rapidement atteint au secret-défense auquel Kiruna était soumise et aurait totalement ennuyé cette dernière.

Darren nota d’ailleurs qu’elle parlait soit d’elle-même de manière extrêmement positive, soit elle envoyait des piques dans sa direction. Il jugeait somme toute qu’aucune interaction de sa part n’était nécessaire et ne l’écoutait que distraitement tout en dînant.

– … Des crépinettes de pieds de cochoboule ! se réjouissait présentement Kiruna. Mon plat préféré ! Vous êtes si attentionné…

Keynn avait en effet choisi les mets de ce dîner en fonction des préférences de la jeune fille afin d’encourager une bonne ambiance. Il en aurait bien fait de même avec Darren mais le jeune homme exprimait rarement ses goûts et, en matière culinaire, il se satisfaisait de pouvoir manger à sa faim. Cela était principalement dû aux premières années de sa vie d’Olydrien où son village natal avait connu deux années de disette à la suite.

– … En même temps, si nos parents ne s’étaient pas stupidement fait tués…

L’assiette de Darren vola et finit sa course contre le visage de Kiruna. Cette dernière hurla, mélange de surprise, de dégoût et de colère. Darren était debout, le poing fermement serré sur son couteau qu’il se fît violence pour déposer sur la table et non lui faire emprunter la même trajectoire que son assiette. Il quitta définitivement sa place et marcha à grandes enjambées vers la sortie.

– Darren ! héla Keynn en ignorant la jeune fille hystérique.

L’Empereur eut tôt fait de le rejoindre, d’autant que le jeune homme, discipliné, s’était arrêté à l’appellation de son nom par son suzerain.

– Je viens de me souvenir que Gretz m’a invité à dîner, déclara calmement Darren.

– Darren, fit Keynn plus doucement. Kiruna ne sait pas de quoi elle parle. Ni pour ses parents, ni pour Werven.

– Je m’excuse pour le désordre. Je pense qu’il vaut mieux ne plus nous inviter tous les deux en même temps, énonça Darren.

Cette fois, Keynn le laissa partir et retourna se préoccuper de Kiruna.

La porte se referma derrière Darren. L’adolescent songea un instant à couper court à la soirée et rentrer chez lui. Après réflexion, le jeune homme supposa que ce n’était pas forcément une bonne idée de se retrouver seul dans l’appartement qui ne ferait que lui rappeler l’absence de son mentor. Ses pas le menèrent finalement chez Gretz qui lui ouvrit aussitôt.

– Ça s’est si mal passé que ça ? s’enquit l’adulte.

– Je lui ai lancé mon assiette à la figure, révéla Darren d’une voix neutre.

Une expression d’étonnement traversa fugacement le visage de Gretz, cependant, ce dernier choisit de ne pas commenter.

– J’étais sur le point de dîner, tu te joins à moi ? demanda Gretz.

Darren acquiesça et Gretz reprit la préparation du repas en augmentant les quantités. Darren s’activa, apportant son aide avec une aisance conférée par l’habitude. Ce ne fut que lorsque les deux teknögrades s’installèrent à table que Gretz commença doucement à interroger Darren :

– Donc après avoir ruiné ton repas, tu as décidé de te joindre à moi.

– Je n’avais pas envie d’être seul, révéla Darren.

– C’est plutôt Berkmeër que tu aurais dû aller voir dans ce cas, commenta Gretz. Il a toujours une joie de vivre qui est contagieuse. Je ne peux pas me targuer d’avoir cette qualité-ci.

– Mais tu sais cuisiner, contra Darren.

– Pas faux, s’amusa l’homme.

– Et je n’avais pas envie de voir la vie en rose mais plutôt de manière objective, ajouta Darren.

Ce n’était pas que Berkmeër était détaché de la réalité, mais il avait tendance à voir constamment le côté positif de n’importe quelle situation. Gretz attendit patiemment que Darren trouvât ses mots.

– Je ne comprends pas comment Keynn peut accepter un tel comportement, lâcha finalement Darren.

Dans le fond, cette incompréhension était ce qui lui tenait le plus à cœur.

– Est-ce que tu sais qui est Kiruna ? lui demanda Gretz en retour.

– Non, répondit Darren. Je sais qu’elle est orpheline. Et entre les sous-entendus de Keynn et ce qu’elle a révélé, je pense que ses parents étaient teknögrades de rang un.

– Correct, approuva Gretz. Son père est décédé juste avant sa naissance, se sacrifiant pour Keynn personnellement. Sa mère était également teknögrade, cependant ce n’est pas en service qu’elle est décédée mais en la mettant au monde. La médecine a beau progresser, il y a des malheurs que nous ne pouvons éviter.

– Donc Keynn se sent coupable et redevable envers Kiruna, déduisit Darren. Je ne comprends toujours pas pourquoi il accepte un tel comportement de sa part.

– C’est un privilège qu’il lui accorde, concéda Gretz. Ses fonctions ne lui permettent pas de la voir souvent, alors il a tendance à un peu tout lui passer. Mais tu es mal placé pour faire ce genre de remarques.

– Comment ça ? s’enquit Darren intrigué.

– Keynn te favorise également.

– Je ne…

– Gamin, tu es le seul qui le tutoie. Preuve numéro une.

– C’est lui qui me l’a demandé. Au début, je l’ai tutoyé parce que je ne savais pas autrement. Quand je l’ai vouvoyé par la suite, il m’a dit que je pouvais continuer de le tutoyer.

– Ça n’en demeure pas moins un passe-droit.

Darren ne semblait pas entièrement convaincu.

– Tu pourrais lui demander n’importe quoi, je suis sûr qu’il te l’accorderait, ajouta Gretz.

– Pourquoi je lui demanderais n’importe quoi ? s’étonna Darren.

En réponse Gretz lui ébouriffa les cheveux.

– C’est vrai que ce n’est pas ton genre, commenta l’adulte.

– Ce n’est pas dangereux de pouvoir demander ce que l’on veut ? demanda Darren.

– Entre Nox qui est le numéro deux de notre faction et le bien-être de l’Empire, que choisirait Keynn ?

– L’Empire, répondit Darren sans hésiter.

– Tu as ta réponse. Et Kiruna le sait également. Ne t’inquiète pas que sous ses airs capricieux, elle est parfaitement consciente des limites, certes lointaines. S’il y a bien une chose dont Keynn s’est assuré, c’est qu’elle ait pleinement conscience des risques associés à cette proximité avec lui et des devoirs qui lui incombent. Tu n’entendras jamais Kiruna dire à qui que ce soit qu’elle connaît personnellement l’Empereur.

– Je fais confiance à Keynn, déclara ultimement Darren.

Epsilone
Sujets: 3
Messages: 110
Inscription: 10 janv. 2021
Hors-ligne
104 réponses - Page : 6 sur 6 - 1 2 3 4 5 6

Utilisateurs parcourant ce sujet: 1 invité

Index du forum Index du forum Chroniques d'Olydri Fanfics [NÉOGICIA] Une teinte terne et métallique