Geek Days Lille

Venez retrouver Omega-Zell, Ivy, PADG, Titan et Sin à Lille !
4 et 5 Décembre 2021

Game in Reims

Rafale, Judge Dead et Ystos à Reims !
4 et 5 Décembre 2021

Top5 Sujets

[Level up] Le forum passe au niveau 6

dans Annonces officielles (15 réponses)

Publié par Valk, le 21 janvier 2020 - 22:53

Création de texte - Vos répliques favorites

dans Made in fan (11 réponses)

Publié par Heretoc, le 24 octobre 2019 - 18:12

Noob, le jeu vidéo !

dans La Taverne (162 réponses)

Publié par Heretoc, le 14 septembre 2017 - 12:18

Filtres Photos pour Facebook

dans Made in fan (7 réponses)

Publié par Ophaniel, le 10 janvier 2020 - 12:28

Horizon des potins

dans Fanfics (91 réponses)

Publié par LoanTan, le 19 mai 2020 - 19:54

Index du forum Index du forum Chroniques d'Olydri Fanfics Olydri's Discord Short Horror Stories

Olydri's Discord Short Horror Stories

Un peu de gore dans ce monde de smourbiff
39 réponses - Page : 1 sur 2 - 1 2

Olydri's Discord Short Horror Stories
le 20 mai 2020 - 16:49

Comme pour synopsis, mais avec un côté plus trash et sanglant...:gaea-7

La version Olydri / Warpzone / Discord Olydri des contes de la crypte...



Édité le 10 juillet 2020 - 12:57 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne

RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 20 mai 2020 - 16:50

COLÈRE

Quelque part en France, dans une immense tour de verre et d’acier…

Jean-Roger Laguimauve, alias Titan, le prêtre qui s’était forgé un nom parmi l’élite du jeux vidéo massivement multijoueur Horizon en écrasant toute concurrence grâce aux techniques secrètes de celui qui était quasiment un demi-dieu dans le monde de l’électronique et de l’informatique avec sa marque Gigazertek, Edmond Score, donc Jean-Roger enrageait devant son écran et était à deux doigts de faire une « Maître Zen » en lançant l’ensemble du matériel informatique dernier cri sur lequel il peinait depuis des heures par la fenêtre, au risque de passer quelques années en prison pour homicide de petite vielle à yorkshire par collision crâne/unité centrale intempestive.

Prenant une grande goulée d’air et expirant ensuite longuement, Jean-Roger retrouva un semblant de calme.
Il n’allait quand même pas faire appel à la « Transe » d’Edmond Score pour capturer ce fichu familier quand même. Ah zut, mais où était donc passée cette ridicule boule de poils ? Cette quête, indispensable au déblocage d’un event secret susceptible d’apporter un nouvel acte de bravoure à la guilde pro-game-master lui avait été confiée par Edmond en personne, et Jean-Roger se serait jeté sous un train plutôt que de décevoir son mentor.

Mais quelle était cette petite voix dans son casque ? Il guida habilement et discrètement son avatar de l’autre côté d’un mur en ruine où il découvrit avec horreur et consternation un autre joueur, membre de la Coalition, une faction adverse, qui brandissait le petit animal qu’il poursuivait depuis des heures dans ses mains, en train de se vanter auprès d’un camarade de jeu de sa découverte :

- Loan Tan : Yo ! T’as vu Marius ! Un Roi Smourbiff Licornu à crète mordorée ! Il est super rare celui-là ! Trop de bol of the dead comme dirait notre grand Guide Sparadrap !

- Marius : Je t’ai déjà dit qu’en role-play tu devais m’appeler Ninjadelamort Barnabé, enfin Loan Tan quoi…

Nul ne sut ce qui se passa dans la tête de Jean-Roger à ce moment là, mais certaines rumeurs prétendent que le prêtre au curseur vert retira le poing au médius levé du bâton du dédain pour sortir celui du métalleux, arcane ultime de cet artefact, qui laissa par la suite cette zone stérile au milieu d’une forêt luxuriante du continent de Syrial, nommée depuis «le cratère de la colère ».

Jean-Roger regretta son geste : en pulvérisant les deux noobs (et accessoirement une grosse partie du décors sur plusieurs hectares), il avait désintégré sa cible au passage et devait se retaper la traverser de ce foutu Bois Touffu, se fader le discours de ce fichu Alchimiste soit disant de génie, récupérer les cent trente pieds de Passiflore Herbacée de Puinetourne à plusieurs milliers de kilomètres de là (heureusement que sa monture volante lui faisait faire rapidement le trajet), en faire une pâte à étaler sur la table de cuisine sur laquelle il devrait ensuite sacrifier ce fichu smourbiff qui ne poperait dans sa zone de 25 km² qu’une fois les préparatifs faits.

Dans un grognement rageur il reprit son bâton, y replaça le poing du dédain, et repris tout depuis le début.
Il se retint de justesse de ressortir son arcane ultime pour désintégrer un Molinoff encore plus insupportable que la première fois, dût attendre que ces incapables de la Guilde de Justice quittent la région de Puinetourne où ils procédaient à l’entrainement « secret » de cette fillette de berzerker du crépuscule, entrainement qui n’avait plus rien de secret depuis des semaines, Edmond Score ayant grâce à un de ses contacts du darknet piraté les comptes de la plupart de leurs adversaires pour visionner en direct leurs faits et gestes, et prit quelques heures à rassembler les plantes dont il avait besoin (il ne pouvait déléguer ce farming à un subordonné de la guilde, la recette devant être préparée de A à Z par le même joueur).

Après avoir de nouveau traversé la moitié de la lune d’Arturis appelée Olydri, il se posa dans la zone d’instance où ce damné smourbiff devait apparaître.

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 20 mai 2020 - 16:50

Un bruit proche attira son attention, et il se précipita derrière un tronc moussu pour se mettre en embuscade. Il le tenait enfin !

La frêle créature montée sur deux courtes pattes, le poil blanc brillant comme pailleté, deux grands yeux liquides d’un bleu pur comme un saphir, une crête arc-en-ciel et trois petites cornes dorées, sautilla dans la clairière que le prêtre venait de quitter. Elle se pencha pour croquer goulûment dans une feuille bien verte.
Jean-Roger actionna alors le piège qu’il avait préparé pour éviter d’avoir de nouveau à courir après l’animal et s’assurer qu’aucun importun risqua de le priver de son butin : il engagea la litanie qui allait mener à la téléportation de la bête et de sa personne directement dans son laboratoire sur la table de cuisine qu’il avait mis une demi-heure à badigeonner de mixture infâme.

Malheureusement le sort avait décidé de s’acharner sur le malheureux Jean-Roger.
A l’instant où le sort se déclencha, une voix discordante hurlant (faux) les paroles du tube « ma direction » de Section d’Assaut détourna son regard, et la pointe de son bâton vers la droite.

L’éclat de lumière verte aveuglante, manifestation choisie par les développeurs pour montrer la transition d’un lieu à un autre par téléportation, s’estompa, et Titan se retrouva face à un avatar bodybuildé affublé d’une tenue verte de mage de l’Ordre assise sur la table de cuisine, les deux mains plongées dans sa mixture de passiflore…

Maleaume : mais, mais… que… ?

Titan : mais pu**** de bord*** de mer**** !!!! T’es qui toi ? AAAAAAAAAhhhhhh

Maleaume : moi c’est Yttrium, mage au service de sa Majesté Saryahblööd et membre de la Guilde des Adorat…

Le malheureux n’eut pas le temps d’achever sa phrase… Derrière son PC Gigazertek dernier cri, Jean-Roger avait lâché la bride à sa frustration et lancé sa transe. Le poing du dédain s’abattit comme la misère sur le bas peuple sur le crâne du mage réduisant l’avatar en pulpe sanguinolente qui finit en pluie de pixel, brisa la table de cuisine en deux avant de frapper le sol et déclencher un séisme de magnitude 8 sur trois kilomètres de rayon, interrompant le travail d’une centaine de membres de la guilde PGM pour cause d’écroulement de plafond des bâtiments qu’ils occupaient sur leur tête.

Dans la Gaming Room de la Guilde PGM, Misstik et Kaulitz eurent juste le temps de se jeter au sol pour esquiver les touches du clavier explosé par leur camarade de guilde en pleine furie qui volaient dans toute la pièce, laissant des impacts plein les murs.

La malheureuse stagiaire en qualification pour intégrer le roster 1 de la guilde, une jeune fille dont l’avatar de paladine de la Coalition, Dilorde, avait fait grand bruit en battant Kaullitz lors de la demi-finale du dernier tournoi de Galae, et qui par conséquent avait immédiatement été abordée par le talentueux responsable des ressources humaines de la guilde PGM, Six, pour rejoindre les meilleurs joueurs d’Horizon, n’eut quant a elle pas cette chance, faute d’avoir acquis les reflexes surhumains de ses nouveaux condisciples.

La touche Esc. en titane poli la frappa dans l’œil droit, réduisant le globe oculaire en une pulpe immonde avant de briser le fragile cartilage arrière et de traverser le lobe frontal pour ressortir dans une gerbe de sang et de matière cervicale par le sommet de la boîte crânienne, inondant le malheureux Six qui lui faisait faire une visite des locaux. Ce dernier, hématophobe au dernier degré perdit connaissance et retomba en arrière dans les escaliers, l’évanouissement le faisant échapper aux sons de ses os en train de se briser tout au long de la descente.

Ignorant encore le funeste sort qui s’abattait dans son dos, Jean-Roger poussa un hurlement de rage qui interpella Edmond Score à travers la porte de son bureau attenant à la salle où le drame venait de se dérouler. L’ancien n°2 de Pong jaillit de son antre tel un diable de sa boîte pour savoir qui avait osé interrompre son importante viso-conférence avec Monsieur De Mashankaer des éditions Haut-Lidry qui envisageait de financer la publication en Belgique de sa biographie officielle.
Il avait fait passer les hurlements en fond sonore pour le cri du chat de la voisine du dessus qui avait peur du hamster du petit fils de la gardienne de l’immeuble atteinte de Covid117, avant de foncer engueuler le responsable de cette interruption.

Un malheur n’arrivant vraiment jamais seul, le sexagénaire dérapa immédiatement après être sorti sur la cervelle éparpillée au sol, rejoignant son DRH dans sa chute vers l’étage du dessous.
Si le corps de Six amorti le choc, il n’empêcha pas, pour cause de maigreur excessive, un bourrelet de graisse ayant pu offrir une surface de frottement suffisante, le patron de Gigazertek de poursuivre son envol jusque dans la cuisine ou sa clavicule heurta le pied de la table dans un craquement sinistre, sans toutefois interrompre la glissade du pauvre Edmond jusqu’à la porte des toilettes attenantes qui ne résista pas au choc, dévoilant les coupables occupations d’un Nadir Rafall surpris à genoux devant trône.

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 20 mai 2020 - 16:51

Sur l’abattant des WC brulait une bougie noire, le vice-champion de Rolland Carross brandissait une peluche de smourbiff plantée sur une réplique miniature imprimée en 3D du bâton du dédain, après avoir couvert les murs avec des graffitis cabalistiques dessinés au colorant alimentaire pour invoquer la Divine Scoumoune sur son adversaire de tous les temps, Sparadrap, dont la caricature mal faite ornait plusieurs pentacles…

La surprise fit lâcher son sceptre improvisé à ce dernier. L’objet tomba sur la flamme, provoquant l’immolation de la boule de poils synthétiques. La fumée déclencha les alarmes, la panique générale et les sprinklers du système anti-incendie dont l’eau dépourvue par souci d’économie des habituels adjuvants anti-feu, provoquant moultes étincelles au niveau des baies de brassages et des serveurs informatiques qui finirent par participer joyeusement à l’expansion des flammes dans tout le bâtiment.

Le chef des pompiers dépêchés sur place, un certain Marius, et son adjoint Barnabé déclarèrent que la catastrophe avait finalement fait plusieurs dizaines de victimes, mais surtout les avait interrompus en pleine partie de MMO et que s’il tenait le responsable de ce bordel, il allait lui faire passer l’envie de déclencher des incendies comme ça, nanmého !


A plusieurs dizaines de mètres de là, une mince femme brune dans une très élégante robe crayon rouge et noire, un petit boléro blanc sur les épaules, remis sa large paire de lunettes de soleil à monture blanche sur son nez et se tourna vers le dandy en costume trois pièces à la coupe impeccable qui l’accompagnait lorsque ce dernier l’interrogea.

- Dr No : Alors là ma chère Mademoiselle Bones, il va falloir que vous m’expliquiez comment vous allez réussir à faire passer ça auprès des contrôleurs du Warp Zone Project !

- Eve : Mais c’est très simple mon cher, je vais expliquer que c’est ma façon de passer mon examen d’entrée dans le camp des gentils auquel j’aspire si fort depuis quelques siècles ! J’ai châtié un méchant gourou avec toute sa clique d’adorateurs : ça mérite certainement une promotion ! Non ?

- Dr No : Ah, que ce monde serait tellement fade sans votre étincelle de folle fantaisie. Quel plaisir c’est pour moi de savoir que vous l’éclairerez de vos joyeuses hécatombes jusqu’au bout ! L’immortalité ne vous a jamais privé de votre fraîcheur ni de votre sens de la dérision…


THE END



Édité le 20 mai 2020 - 16:52 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 20 mai 2020 - 17:29

HISTOIRE N°2

CHATIMENT

CHATIMENT

Zazoit senti la main froide de Marius glisser le long de sa nuque pour saisir le col de sa chemise pour l'empêcher de fuir. Un frisson le traversa jusqu'au bas du dos : il était pris et son esprit avait du mal à appréhender l'horreur que cette saisie annonçait... Eut-il pu s'évanouir que cela aurait peut-être été mieux, mais non, le destin avait décidé qu'il boirait cette coupe jusqu'à la lie ! Le souffle chaud s'approcha de son oreille et les terribles murmures de son geôlier le firent trembler des pieds à la tête...

"t'as oublié de mettre le capuchon de ta pompote au recyclage ! Tu connais le châtiment pour un tel oubli..."

les genoux de Zazoit cédèrent sous lui ! Il allait subir la plus terrible des punitions... Il eut envie de supplier, mais il savait que cela ne ferait qu'aggraver son cas et titiller l'ire de celui qui tenait toujours fermement son col...

Il ignora le craquement du lin martyrisé par le poing ferme de Marius qui le traînait à travers la cour du bâtiment de béton brut qu’il considérait comme son foyer, ainsi que les écorchures sur ses genoux. Ils avaient pris la direction de la tourelle de l’Est qui servait de bastion au Maître des lieux, un être d’une droiture exemplaire qui considérait tout manquement aux règles établies comme une véritable hérésie passible de peines allant du simple blâme en public à la décapitation selon la gravité du crime.

Il se souvenait de Loan Tan, un jeune gars arrivé de sa campagne et qui avait lui aussi atterrit contre son gré en ce sinistre lieu… le malheureux avait eu la bêtise de verser l’huile de vidange de sa mobylette sur le tas de compost… Ils avaient tous été éclaboussés d’esquilles d’os et de gouttelettes de sang lorsque le Maître avait abattu la tronçonneuse sur la nuque du grand adolescent en larme… Et des heures qu’il lui avait fallu pour nettoyer le billot et l’outil après l’exécution comme punition pour n’avoir pas balayé les miettes de son petit déjeuner…

Ses rotules heurtèrent les trois marches en bois impeccablement cirées qui précédaient l’accès au bureau du Maître. L’absence de grincement accompagnant le souffle d’air parfumé de l’odeur du détergent au citron vert lui indiqua que la porte de l’antre de la Bête avait été ouverte. Il entendait le léger chuintement de la respiration de l’hôte de ces lieux dont les bronches avaient dû subir un traumatisme indélébile, et le cliquètement des lames tranchantes comme des rasoirs qui ornait le gant qu’il n’ôtait quasiment jamais.

Zazoit serra un peu plus fort les paupières, mais il savait au fond de lui qu’il lui faudrait rapidement affronter le cauchemar incarné qui siégeait à quelques mètres à peine, l’ombre d’un chapeau masquant à peine les horribles cicatrices sur ce visage brûlé au troisième degré et qui devaient descendre sur tout le reste de son corps engoncé dans un sweat rayé marron et rouge…

La voix sépulcrale au fond de laquelle on pouvait entendre les glaires encombrant les poumons s’éleva, pénétrant le cerveau du condamné tel un trépan rouillé sans anesthésie…

« Alors on a encore fauté ! Tu sais ce qu’il va arriver, non ? »

Zazoit ne pu rien pour contrôler ses larmes et ses sphincters, aggravant au passage son cas, le tapis du Maître en subissant les outrages.

De nouveau la voix d’outre-tombe : « de pire en pire ! je vais m’occuper personnellement de ton cas ! »

La main qui enserrait le col de Zazoit se relâcha et le pas lourd des bottes ferrées du Maître approcha lentement, faisant durer ce moment d’agonie. Rassemblant son courage le jeune homme osa ouvrir les yeux pour discerner l’ombre du bourreau à quelques centimètres de lui, mais sans toutefois réussir à lever les yeux.

Il devina le souffle d’air provoquer par le bras armé du gant aux lames tranchantes se levant pour frapper…

Un flot de sang chaud inonda sa tête et un poids terrible s’abattit sur son dos, le jetant à plat ventre sur le sol. Bizarrement il ne ressentait aucune douleur, ni aucune libération.
Après un long instant de silence, il ouvrit les yeux et contempla le regard éteint de celui qui l’avait traîné jusque-là, la gorge ouverte de trois coupures bien parallèles d’où s’échappait encore quelques gouttes de sang épais, puis il sentit une main caleuse caresser ses cheveux et la voix du Maître :

« Ah mon petit Zazoit, tu es de tous mes hôtes mon favoris… Nettoies donc les restes de ton camarade et mon tapis. Et souvient toi de la clémence de Freddyttrium pour toi ! Je te garde dans mon cauchemar ! Mouhahahahahahaha »

THE END



Édité le 24 novembre 2020 - 16:45 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 10 juin 2020 - 18:36

Quand un nouveau venu s'interroge sur la notion de redshirtisation, l'humble serviteur de cette noble pratique ne peut que lui fournir une explication par l'exemple...

Dans la série des aventures de Parus major
Parus major et le temple maudit...

Le jeune aventurier venait d'approcher le temple maudit de la Discord'. Par les interstices des pierres dont les joints étaient tombés en poussière depuis quelques éons, il pouvait distinguer des voix entremêlées au discours incompréhensible compte tenu de la distance et de l'épaisseur des parois. Prenant son courage et son arme à deux mains, il s'engagea dans le sinistre corridor d'accueil du cénotaphe, remontant une allée encadrée de dizaines de statues de Titan brandissant les diverses formes du bâton du mépris. Il ne fut pas surpris de voir que l’architecte à l’origine de la construction des lieux avait honteusement profité du fait de devoir le meubler pour étaler son penchant mégalomane en se mettant en scène dans toute la statuaire. Une fois l'ombre des statues derrière lui, il prit une longue inspiration et jeta un œil de l'autre côté du rideau qui masquait la salle suivante. Malheur lui en prit car il fut immédiatement repéré par un grand escogriffe en cape noire, masqué d'acier, qui lui tendit une sébile d'osier en l'invitant à participer à la quête. Puis les autres personnes présentes repérèrent notre héros du jour et l'invitèrent qui en le complimentant, qui en lui proposant des biscuits, qui en hurlant des slogans à rejoindre leur chapelle respective.
Craignant de se mettre le plus important groupe à dos, il opta pour une chasuble dorée, celle des « zimper’ yo » mais il ignorait que ce faisant, il serait immédiatement sollicité par l'une des sectes dominantes au sein de ce groupe, se vantant d’adorer une Sainte Narcoleptique tout en cultivant un lierre étrange aux vertus soi-disant bénéfiques mais qui allait s’avérer pour son cas particulièrement laxatives.
Alors qu’il se soulageait suite à l’ingestion de la tisane au lierre, il vit soudainement passer entre ses pieds une famille d’énorme rats garous du Tibet occidental (reconnaissable au tatouage d’Heretoc sur leur oreille gauche), ce qui lui fit hurler : « hey ! Des rats ! Quelle horreur ! »…

A nouveau la déesse de la chance lui tourna le dos et l’écho de sa réplique rebondit de parois en parois jusqu’à saturer les tympans des membres de la secte des adorateurs du lierre et de la sieste qui, sous les quolibets des autres spectateurs, n’eurent d’autre choix que de déclarer l’auteur de ces cris hérétique avant de le conduire directement des gogues au bucher

Ainsi s’achevèrent les brèves et finalement peu palpitantes aventures du noob Parus

END



Édité le 10 juillet 2020 - 12:57 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 11 juin 2020 - 12:20

Et une nouvelle histoire inspirée des actes d'un nouveau venu sur le Discord qui a cru qu'un vieux de la vielle était un newbie...

LES MALHEURS DU PK

Enguérand-Cyprien LaLonde était un jeune adolescent en pleine rebellitude. En effet, à quinze ans, une acnée florissante ponctuant son visage et sa nuque de milliers de petits points allant du rouge vif au blanc purulent, des cheveux gras et trop longs tombant en une frange qu’il pensait romantique sur le front, des main et des pieds qui avaient soudainement pris plusieurs centimètre, le faisant ressembler à un albatros malhabile atteint d’Indorilite aigüe (vous savez cette maladie chronique qui vous fait vous cogner dans tous les angles de porte et les coins de meuble), il avait pris la décision de ne pas suivre le modèle familial qui voulait faire de lui un jeune aristocrate au summum de la bonne société.
Il avait donc transformé sa suite personnelle (six pièces au total) en une tanière de geek : posters de stars d’e-sport et de'anime japonais aux murs, écrans géants pour chacune de ses dix sept consoles de jeux, PC de gamer dernière génération, housse de couette Star Wars, collection de statuettes de héros de manga dans des étagères vitrées en bois précieux, bibliothèque de mangas, BD, peluches collectors,… et un clavecin pour ses cours de musique du mercredi soir car tous ses efforts pour se rebeller contre sa condition ne pouvaient lutter contre l’atavisme familial…

Ces derniers jours, ECL, comme il aimait à se faire surnommer, passait la plupart de son temps dans son antre, rideaux de soie tirés pour que la lumière du jour ne risque pas de se refléter sur l’écran de son PC, Casque Skull Candy sur le crane (et accessoirement collé par le surplus de gel qu’il mettait par pot de 500g tous les matins sur sa touffe de cheveux rebelles eux aussi), le cul vissé sur une chaise de gamer ergonomique moulée à sa taille, à jouer au jeu Horizon 3.0

Il était particulièrement fier de son avatar de Berzerker niveau 20 aux couleurs de l’Empire, et sortait triomphant avec trois autres joueurs indépendants comme lui du deuxième étage de la tour Galamadriabouyak. Il allait pouvoir tester sa nouvelle furie sur les pauvres néophytes errants dans la zone de départ de la plaine de Centralis et faire la fierté de son clan de PK : tatanage de newbies en perspective.

Il avait en effet développé grâce à un concours de circonstances lié principalement au fait qu’il avait accès à une Visa Platinium sa propre furie à base de coups d’espadrilles +1 qu’il avait appelée « tatanage ».

Il repéra assez vite un grand escogriffe en cape noire, masqué d’acier, curseur gris au-dessus de la tête en grande conversation avec un représentant de la faction de l’ordre, un petit nécromancien débutant manifestement compte tenu de la pauvreté apparente de son stuff. Ces joueurs néophytes qui ne savaient quelle faction choisir lors de leur première connexion et qui se retrouvaient dans la faction neutre (grise) par défaut faisaient partie de ses proies favorites et il fonça sans autre précaution directement sur le gars masqué qui devait être un genre de magicien à la manque, classe qu’il méprisait car se battant à distance.

Sa course lui suffit à remplir sa barre de furie et il commença son enchaînement dévastateur sur sa cible, la rouant de coup de ses espadrilles de combat.
Dans un premier temps, assez long d’ailleurs, sa victime n’eut aucune réaction. Il était toutefois un peu surpris de ne pas encore profiter de l’explosion de pixel que son attaque aurait dû provoquer.

Il lui sembla entendre le nécromancien alerter sa victime :

Mashan : hey, No, y’a un insecte qui attaque ta godasse, tu veux que je lui tranche la colonne vertébrale ?

Le grand mage tout de noir vêtu, les traits dissimulés sous un masque d’acier couleur charbon, ponctué sous l’œil droit d’une larme rubis, baissa les yeux sur le berzerker qui reprenait son souffle, ce dernier ayant épuisé toutes ses réserves d’endurance.

DrNo : Ah oui tiens ! J’avais rien senti…

Une vague de flammes tomba de la main de l’élémentaliste sur Le Tataneur qui se retrouva en une fraction de seconde expédié au cimetière.

Furieux, ECL fit revenir son avatar à la vie et décida de se venger de l’outrecuidant représentant de l’ordre qui avait trahit son attaque ! Bon OK ce mage était peut-être plus costaud que prévu, d’ailleurs il faudrait qu’il se renseigne sur cette classe chelou là, les élémentalistes de l’Aurore…

Six heures plus tard Enguéran-Cyprien lança de rage et de dépit son clavier à travers la pièce. Ses victimes s’étaient rapidement transformées en bourreaux… et il lui avait fallut ce temps pour comprendre que le point entre le un et les deux zéros sur le curseur de ce fichu nécromant signifiait qu’il était niveau cent, et non un virgule zéro zéro… et que les classes affublées des compléments « Aurore ou Crépuscule ou Infini » étaient légendaires et surpassaient les plus hauts niveaux accessibles par le simple gain d’XP.
Malheur lui en prit : le clavier alla rebondir contre le haut du mur pour frapper ensuite les breloques de cristal du lustre majestueux qui éclairait le « petit » salon de la suite de l’adolescent. Les plafonds du manoir étaient anciens et la poutre soutenant le lustre un peu vermoulue suite à plusieurs générations d’attaques d’insectes xylophages.

Le câble soutenant l’œuvre en cristal de Bohème se détacha et les cent trente-huit kilos d’acier et de verre enrichi au plomb s’écrasèrent sur le crâne du jeune homme qui éclata dans une gerbe de sang, de cervelle et de sébum, l’expédiant aussi vite que l’avait été son avatar au cimetière… mais sans cristal de résurrection cette fois…

FIN



Édité le 10 juillet 2020 - 12:56 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 07 juillet 2020 - 16:12

Un petit pour la route : Quand dans un échange sur le Discord RedAshin demande que je lui montre comment réussir à tuer... et que les témoins servent à l'oeuvre (lakich et Daïmanu)

Après des mois de traque, Jean-Robert Daïmanu, sniper d'élite du GIGN tenait enfin dans son collimateur le visage de cette terrible menace pour la société qu'était la tueuse en série d'enfants, surnommée par la presse internationale la Chinoise Rouge, ou Redashin.

Il sentait son index exercer petit à petit un peu plus de pression sur le pontet de son fusil. Comme il haïssait ce monstre à visage humain qui avait privé tant de famille de leur avenir. Elle avait tué de mille façons différentes : noyade, congélation, décapitation...

Et là, avec un petit sourire narquois elle défiait du regard les forces de l'ordre qui l'avaient cernée, la lame de son cuter à moquette pressée contre la gorge de sa dernière victime, un petit lorrain répondant au prénom de Lakich.

Une goutte de sang perla sur la gorge de l'enfant. La Chinoise Rouge hurla d'un rire qui ferait faire des cauchemars à tous les témoins pendant des années.

D'un violent geste qui prit tout le monde par surprise, la femme fit faire un aller-retour à se lame, provoquant un geyser de sang qui la fit disparaître une fraction de seconde à la vue de Jean-Robert. Mais les réflexes de ce dernier furent plus réactifs et l'explosion de la poudre dans la chambre de l'arme au canon d'un mètre dix l'assourdit un instant malgré les tampons de protection dans ses oreilles. Une seconde gerbe de sang, mêlée de cervelle fut captée par les caméras qui ne perdaient aucun instant du drame depuis l'enlèvement à la crèche du petit garçon...

Les hommes surentraînés de l'escadron d'élite se précipitèrent dans la maison en ruine, fusils d'assaut en avant, forçant portes et fenêtres pour atteindre la scène du drame qui venait de se jouer devant plusieurs millions de spectateurs par écrans interposés.
Toujours professionnel, Jean-Robert observait à travers la lunette à fort grossissement de son arme la façade du bâtiment pour repérer tout mouvement suspect.
Il reçu enfin dans son oreillette la confirmation qu'à part le cadavre égorgé du gamin, et celui étêté de la meurtrière multirécidiviste, il n'y avait plus rien dans la zone d'intervention.

Plusieurs heures après ces événements, le professeur Heretoc, médecin chef du centre de médecine légale de la Gendarmerie Nationale, signa son rapport d'autopsie et accrocha son bloc note au clou de la salle d'examen, avant de quitter les lieux en priant son confrère, le Docteur Naux de ranger le corps de la meurtrière décapitée par le tir du gendarme dans le placard à côté de celui du gamin que ce dernier finissait de préparer pour l'embaumement.
Une fois le praticien parti, le Docteur Naux lâcha un soupir, tapota l'épaule du cadavre allongé devant lui et déclara : "tu peux te relever, il est parti."*

Dans une série de gestes saccadés, le petit corps se redressa sur la table d'autopsie en pestant : "punaise, t'a serré les points trop forts, et j'ai faillit éclater de rire tellement tu m'a chatouillé en prélevant mon foie..."

Le médecin légiste, imperturbable répliqua : "c'est toi qui a choisit de te faire égorger mon pote, qui dit victime dit autopsie..."

S'étirant un grand coup Lakich répondit : "c'est pas faux... bon maintenant qui allons-nous envoûter ? Ah, je sais ! Ce tireur qui a faillit me scalper en buttant la folle... il a une belle âme d'assassin en puissance, et puis faire déchoir un héros m'a toujours botté !"*

FIN



Édité le 10 juillet 2020 - 12:56 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 09 juillet 2020 - 18:07

Deux nouvelles têtes et des redshirts qui attendaient patiemment leur tour... Une conversation sur le discord avec l'arrivée d'une "maîtresse" d'un étrange pokemon... il n'en fallait pas plus à mon esprit (malade affirmeront certains) pour sortir ça...



Les talons de 12 centimètres claquaient sur le dallage sombre des caves du donjon de Mortegarde.
Depuis que le baron s’était fait décimer par le plus insignifiant des familiers qu’un Noob parmi les plus Noobs des Noob lui avait jeté au visage, un smourbiff Heretoc hurlant « Décalécatan » au moment de l’impact, il était tombé en dépression et refusait désormais de jouer son rôle de boss.

La nature et les développeurs du jeu ayant horreur du vide, ceux-ci s’étaient lancés dans un grand casting de méchants, leur patron, CA Donteuil leur ayant donné carte blanche pour accroître la difficulté de ce donjon trop bas niveau depuis des lustres. Ces derniers s’étaient lâchés, et avais finis par se ranger à l’avis de cet étrange consultant extérieur qui se faisait appeler Docteur N…

Depuis, c’est ELLE qui dirigeait la troupe de mob locale et l’avait, pour employer un euphémisme, « dressée ».
Les cuissardes de cuir noir à haut talon soulignaient avec minutie la cambrure idéale de ses jambes longues et fuselées.

Elle se dirigeait d’ailleurs de son pas ferme vers les geôles où elle avait enfermé les derniers récalcitrants qui avaient osé contester son autorité.

Engoncée dans son corset de cuir lisse et moulant, ses long cheveux retenus par une pince aux dents métalliques et acérées, elle se glissa tel un serpent en chasse par la porte menant aux oubliettes.

Un peu plus loin, prostrés au sol, les bras dressés à cause des chaines qui les reliaient au plafond trop bas de leur cellule, deux Sbourmorks, créatures musculeuses et d’une laideur à faire passer Casimodo pour un sex-symbol, sorte de croisement entre une peluche géante et un Ourouk’Aï après passage dans un pot de peinture maronnasse, se morfondaient assis dans leurs propres déjections compte tenu de la position inconfortable que leur situation de prisonniers (politiques se disaient-ils) leur imposait.

Le claquement caractéristique des talons de la nouvelle chef les fit sursauter et ils se mirent à trembler comme des feuilles. Ah ils étaient loin les fiers chefs de la branche syndicale locale des employés de donjons, Sacha et Kaevan… Quand la « maîtresse », ainsi qu’ELLE souhaitait se faire appeler les avait surpris en train de taguer la cambuse des monstres de bas niveaux de slogans appelant à rejeter l’autorité de cette femelle indigne de diriger leur troupe d’élite…
Il fallait reconnaitre qu’elle leur avait paru bien faible, maladroite et maigrichonne la bougresse lorsqu’elle était arrivée en se coinçant les talons trop haut de ses bottes dans la grille qui servait à se décrotter les chaussures à l’entrée de service.
Depuis, ELLE leur avait appris à baisser les yeux sur son passage. La brulure de son fouet leur cuisait encore le dos. Mais il ne pouvait laisser passer pareil affront après toutes les victoires sociales qu’ils avaient obtenues contre ce mou du genou de Mortegarde.

Les pas s’approchaient de plus en plus et soudain, juste au niveau de leur porte en bois épais renforcée d’acier, le silence se fit… glacial.

Une sueur froide glissa le long de leurs échines et des tremblements incoercibles les secouèrent, arrachant les croutes suppurantes de leurs poignets cerclé du métal rouillé de leurs menottes.

Et alors cette voix, enjôleuse et vénéneuse : « alors mes petits chéris… on a bien réfléchi au discours de maman ? »

Retrouvant un semblant du légendaire courage et de la témérité proverbiale des membres de sa race, Sacha cracha au sol et répliqua d’une voix éraillée : « va te faire retourner par un sbourpiff dans les fosses de Glacesang ! »

La voix répondit sur un ton attristé où ne perçait aucune sincérité : « Ooooh, comme je suis déçue et triste… ce n’est pas très bien de dire ça à une dame… »

Après quelques claquements caractéristiques de lourds verrous qu’on tire avec facilité, les gonds grincèrent et la lumière des torches du couloir, pourtant faible, aveugla momentanément les deux Smourborks qui clignèrent des yeux pour s’acclimater au désagréable éclat.

La silhouette humanoïde qui apparaissait en contrejour aurait fait se damner le plus insensible des mâles. Elle s’approcha, et d’une main fine et forte à la foi (non elle ne vient pas de Dijon !), elle caressa le menton du plus rebelle de ses deux prisonniers, déclenchant chez lui un frisson mêlant terreur et excitation.

« je n’ai vraiment pas apprécié ton insulte petit Sacha… tu aurais du prendre exemple sur ce brave Kaevan… regarde le, là, qui ferme les yeux dès que je mentionne son nom pensant ainsi échapper à son potentiel tourment, tel l’enfançon qui se cache le visage derrière ses mains en croyant qu’il est ainsi invisible aux yeux des adultes… Ah, que vais-je faire de toi qui refuse l’autorité qui m’a été confiée par Destin elle-même… Je ne vois plus qu’une seule solution… Regarde de tous tes yeux Kaevan, car tu vas devoir témoigner auprès de tes pairs du sort qui attend ceux qui me résistent… Il est bien pire que celui que je fais subir à ces stupides aventuriers qui continuent à s’évertuer à piller MON donjon… »

La voix quasi hypnotique força Kaevan à regarder la scène qui resterait à jamais graver sur ses rétines.

La magnifique femme pinça le nez de son malheureux collègue pour lui forcer à ouvrir la bouche et enfonça dans cette dernière une étrange sphère bicolore rouge et blanche, les deux hémisphères séparés d’un fin trait noir comme le charbon. Puis elle murmura une incantation étrange : « Pikadrien, je te choisis ». Un éclair fusa, comme si la foudre venait de le frapper par l’intérieur, de la gorge de Sacha et une créature difforme jaillit littéralement de la sphère. Le cerveau de Kaevan qui était passé en mode état de choc se demanda comment une créature de cette taille qui venait de faire exploser la gorge, le torse et la tête de Sacha avait pu tenir dans une aussi petite boule…

La créature à la fourrure éparse jaune striée de noir, couvertes de cicatrices dues à des coups de fouet répétés, se dépêtra de l’immonde fange sanguinolente qu’était devenue le cadavre encore parcouru de spasmes de l’ex syndicaliste. Elle rampa littéralement jusqu’à la botte impeccablement cirée de la femme en réclamant « Maîtresse ! Maîtresse… »

ELLE plia ses genoux pour s’accroupir à la hauteur de son familier et commença à lui caresser doucement la nuque, en braquant son regard de glace dans celui encore confus de Kaevan.

« Tu te souviendras de ce moment mon petit chéri, hein ? »

Kaevan, tremblant de tous ses membres ne put qu’acquiescer fébrilement de la tête.

« C’est bien… tu seras peut-être récompensé. »

Les doigts manucurés à la perfection et plus glacial qu’un hiver sibérien remontèrent le long des bras meurtris du Smourbork qui fut soudainement libéré de ses chaînes.

« et maintenant, qu’est-ce qu’on dit à maman Fïrenze ? »

Dans un râle, toute fierté définitivement perdue, l’ancien guerrier farouche qui avait décimé des centaines de noobs rampa dans la fange immonde qui maculait le sol pour embrasser les pieds bottés de sa maîtresse, provoquant la jalousie du familier qui le terrassa d’un éclair de plusieurs milliers de volt, le plongeant dans un douloureux coma peuplé de cauchemars où le son de talon le poursuivait dans le noir…



Fin (du moins il l'espère...)



Édité le 10 juillet 2020 - 12:56 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 15 juillet 2020 - 18:39

Une petite en passant


le tir de l'AMX1 Abrahams était purement accidentel, sont pilote, le sous-lieutenant Heretoc, ayant, dans un éternuement, frappé de son crane plus dur que la pierre le bouton de mise à feu. L'obus flèche jaillit dans son sabot directement en direction d'un mur d'immeuble non loin de là , derrière lequel une charmante jeune fille admirait dans un grand miroir son beau T-shirt rouge avec lequel elle allait poser pour une pub Abercrombie en page centrale d'un célèbre magazine geek.

Les deux parties du sabot qui servaient de guide à la flèche de tungstène enrichi à l'uranium se détachèrent, laissant le projectile en forme de clou poursuivre seul son inéluctable course vers sa cible.

Les quinze centimètres d'épaisseur de briques du mur n'eurent absolument aucun effet d'amortissement sur la flèche de métal qui prit encore quelques centaines de degrés de chaleur avant de frapper la huitième vertèbre lombaire de D-Lord et de traverser son torse mince pile entre les deux seins généreux de la pin-up d'Avatar Magazine que plus aucun fan ne pourraient désormais admirer autrement que sur papier glacé...

Les esquilles d'os projetées brisèrent le miroir assurant ainsi à l'auteur du tir malencontreux la célèbre malédiction des sept ans...

END



Édité le 15 juillet 2020 - 18:39 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 16 juillet 2020 - 18:20

Quand le hasard du fil de la discussion te fait apprendre ce qu'une auteure de fics aime grignoter compulsivement...

Il était une fois, une famille de noix de cajou très très pauvre qui vivait dans une cahute misérable non loin de la forêt.
Une année, la famine fut si terrible que papa et maman Cajou durent se contraindre à abandonner leurs sept enfants dans la forêt proche.

Mais lorsqu'ils en discutèrent, ils ne virent pas que le plus jeune de leurs rejetons, qui était aussi atteint d'un nanisme rare chez les noix de Cajou et qui s'était planqué derrière le canapé du salon avait tout entendu.

Donc le lendemain, quand le père conduisit ses enfants loin dans la forêt, le nabot Cajou marqua le chemin en semant des petits cailloux tout du long.

Les six frères du nabot pleurèrent longtemps quand ils découvrirent le lâche abandon, mais le demi portion avait déjà pris la poudre d'escampette, abandonnant ces poids morts qui prenaient plaisir à le tourmenter pour faire passer le temps à la moindre occasion. Il fila directement chez l'ogresse locale, la Grande Lexie, et lui fourgua contre deux choco BN les coordonnées GPS du groupe des 6 frangins et celles de la cahute de ses parents.

Il était bien trop rachitique pour faire un met de choix qui aurait pu plaire au palais de la délicate dévoreuse de noix de Cajou, et pu repartir tranquille en croquant ses biscuits avant de se lancer dans le e-commerce des noix de caj'.

Lexie quant-à elle fit un mini gueuleton de son pêcher mignon, parce que bon, huit noix de cajou, ça ne nourrit pas son auteure...

FIN



Édité le 17 août 2020 - 17:46 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 17 août 2020 - 17:52

On me désigne une victime...

Encore lui... pourquoi pas après tout...

Sylvian sifflotait gaiement l'air de son générique préféré tout en guidant d'une main experte son avatar de prêtre de l'infini niveau 100 of the dead, pour citer la recrue la plus perturbante de Six. La domination absolue sur le haut du classement de sa guilde inspirait la terreur à tous les joueurs qui croisaient sa route, ceux de sa faction s'inclinant modestement, ceux des factions adverses courant en hurlant.

Jusqu'à ce qu'il tombe sur cette courte silhouette encapuchonnée surmontée d'un curseur écarlate qui non seulement ne dégagea pas le passage, mais lui grogna littéralement dessus pour réclamer qu'il aille voir sur Piratas si les habitants des îles Kebab avaient des tatouages de macaques sur les fesses...

Outré d'un tel manque de respect, le Prêtre en tenue verte fracassa la crâne de l'importune d'un coup de son bâton du dédain, expédiant d'un seul coup cet avatar malpoli au cimetière.

Le son caractéristique produit par une pierre de résurrection fit pousser un soupir agacé au joueur de la Guilde PGM... la petite silhouette grognone, maintenant manifestement furieuse, était déjà de retour derrière lui. Il l'invita à suivre son propre conseil et à laisser jouer les grands en paix avant de lui tourner le dos. Il entendait les dents crissantes du joueur qu'il venait de camoufler, rageant derrière son écran. Il lui sembla percevoir une vague menace genre "j'aurai ta peau, mais lentement..."

Il reprit son périple, chantonnant les paroles de Collargol, l’ours qui joue en fa en sol…

Après cinq heures de jeu efficaces, le sourire satisfait du travail bien fait accroché au visage, il se leva de sa chaise de gamer pro, bouscula, comme à l’accoutumé, la stagiaire qui fournissait en café chaud et fruits frais ses camarades de Guilde et lui-même dans la gaming room pendant leurs longues séances en ligne, et alla soulager un besoin naturel.

Il fallut bien entendu que les plombs sautent au moment où il venait de commencer à uriner.

Il parvint à éviter toute éclaboussure de justesse et se guida depuis le sous-sol où se situaient les sanitaires vers les escaliers menant à un niveau éclairé naturellement à l’aide de la petite diode de son porte clé fétiche à l’effigie de son ourson favori.
Parvenu aux marches recouvertes de carrelage blanc, il sursauta en voyant ces dernières couvertes de traînées rouge-maronnasses… quelqu’un avait dû renverser la poubelle. Il déchanta en arrivant au sommet ou, crucifié sur la porte, trônait le doudou Collargol qu’il plaquait avec le plus grand soin maculé des entrailles d’un chat dont le cadavre jonchait le sol.

Il s’apprêtait à se précipiter dans la gaming room pour hurler sa rage et réclamer justice quand il se souvint que nul dans l’équipe ne savait qu’il emportait partout avec lui cette petite peluche qui l’accompagnait depuis le berceau et à laquelle il tenait plus qu’à la prunelle de ses yeux… Une personne avait trouvé son secret, qui ne pourrait passer que pour un point faible insurmontable aux yeux de son idole et patron, Master Pong, et faire de lui la risée de tout le staff.

Ravalant sa colère, il sortit comme si de rien n’était, tout en observant discrètement lequel parmi l’équipe avait pu lui jouer ce tour de cochon… Earthquake était le candidat idéal, prêt à tout pour garder le commandement de la guilde… c’est que depuis son emprisonnement, c’est Titan qui menait la danse des avatars HL … mais non, trop évident et trop subtil pour ce bourrin qui se pense irrésistible avec sa rose entre les dents. Peut être Six sinon, le commercial bien fourbe… Ou cette p….sse de Misstik qui ne supporte pas que son homme puisse se lier d’amitié avec quelqu’un d’autre…

Quand Kaulitz lui reprocha son côté grognon et hyper irritable sur un petit ton moqueur, l’invitant à aller faire une sieste réparatrice après avoir bu une camomille, il commença à avoir de sérieux doute sur le DPS du groupe… mais il n’y eut plus de petite phrase jusqu’à la fin de leur session de jeux.

C’est donc furieux et déprimé que le grand gaillard dont le nom faisait trembler les newbies d’Olydri quitta peu après trois heures du matin l’immeuble de Gigazertek pour regagner la résidence huppée et hyper sécurisée dans laquelle il logeait.

Perdu dans ses pensées, il ne remarqua qu’au dernier instant le scooter qui lui fonçait dessus toutes lumières éteintes et ne dû son salut qu’aux réflexes surhumains développés sous la houlette de Master Pong. Il s’en sortit les genoux éraflés et les habits trempés et boueux. Le «co…ard » qu’il hurla raisonna dans le vide, le chauffard ayant disparu au premier tournant

Frigorifié et nerveux, il fonça jusqu’à son appartement sous l’œil goguenard du gardien de nuit et s’y enferma à double tour avant d’agir sur l’interrupteur. La scène qui se présenta a ses yeux le glaça d’effroi : des photos de lui serrant son doudou Collargol dans toutes situations étaient placardées sur la moindre surface verticale, au plafond et étalées sur le sol, le tout couvert de graffitis injurieux à la peinture rouge.

Pris de panique, Sylvian rouvrit fébrilement les verrous, ouvrit la porte en grand… et fut aspergé d’un liquide irritant et odorant par une petite silhouette encapuchonnée et revêtue de noir des pieds à la tête pressant le bouton d’un aérosol. Il sombra quasi instantanément dans l’oubli…

Une violente douleur à la tête, les tempes qui battent furieusement… Sylvian émergea de sa torpeur la tête en bas, mains et pieds enchainées, suspendu au plafond voûté d’un sous-sol obscur en pierre de taille… une petite voix éraillé et grognone : « je te l’avais dit que j’aurais ta peau, lentement… »

La silouhette plutôt frêle d’une fille sortant de l’adolescence apparue dans la chiche lumière d’une baladeuse électrique de camping, seule source de lumière dans la pièce. Sylvian crut l’avoir déjà vue… « libère moi pouf…sse ! »

« tu n’es pas en état d’ordonner maître du dédain… » elle passa dans son dos et il sentit une vive douleur, comme une brulure le long de son échine. Il hurla. « Regarde, ça commence, lentement comme je te l’ai annoncé… ». Il vit alors qu’elle brandissait sous ses yeux un long lambeau d’épiderme constellé de goutelettes de sang. « Greijoy a eu un traitement de faveur à côté de ce que je te réserve mon Titan… tu verras, à la fin tu me supplieras d’abréger tes souffrances… mais j’aime tellement t’entendre hurler… attends, je mets le gros sel… mais pour toi il n’y aura jamais de fin » Et sous les yeux écarquillé de Sylvian la jeune femme aspira goulument le morceau de peau tout frais prélevé avant de saisir sur le sol, juste sous la tête du malheureux, la peluche encore couverte d’intestins de félin posée au centre d’un grand pentacle entouré de sigles cabalistiques. Elle laissa couler le sang d’entre ses lèvres sur l’animal artificiel

Quelques semaines plus tard dans la gaming room de Gigazertek, Six faisait faire le tour du propriétaire à la nouvelle recrue super prometteuse de la Guilde PGM… qui aurait pu se douter que la petite stagiaire en informatique qui servait de larbin à l’équipe jusque là parviendrait aussi vite à maîtriser la transe ? A croire qu’elle avait un potentiel génétique caché… Mais bref, elle arrivait à point pour prendre la relève de ce sal… de Titan qui les avait planté là…

Ah ce tableau quand il était allé chez la starlette montante : Un appartement vidé de son contenu et scotché au plafond pour tenir bien droit, une réplique imprimée en 3D du bâton du dédain, médius dressé, et ce post-it les invitant à se faire tatouer des macaques sur les fesses… Master Pong en avait fait une crise d’apoplexie !

Sérieuse comme tout, et droite comme un « i », la nouvelle prêtresse de la Guilde PGM prit le poste vacant sous les lettres « D LORD » appliquées la veille au pochoir sur le mur, ouvrit son petit sac à dos et en sortit une peluche d’ourson roux un peu tachée.

Kaulitz se moqua gentiment : « alors, on a apporté son doudou ? ».

D’une petite voix éraillée elle répondit : « c’est pas mon doudou, c’est le Titan Collargol… ».

Kaulitz eu un sursaut involontaire lorsqu’il cru une seconde que l’animal en laine et fibres synthétiques maculées de traces marrons et ocres avait tourné le tête vers lui en lui jetant un regard suppliant…*



Édité le 17 août 2020 - 17:55 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 10 septembre 2020 - 10:45

Heretoc semble être enfin partit pour des vacances bien méritées. Source illimitée d'histoires !

Tout est question de point de vue

Une libellule bourdonnait doucement au dessus de l'eau limpide qu'une légère brise faisait ondoyer quelques secondes toute les minutes. Un calme absolu régnait sur ce petit coin de paradis, parfois on entendait le chant d'un oiseau exotique niché entre les fleurs d'azalée. Rien ne semblait pouvoir briser cette image d'Epinal, jusqu'à ce que...
Dans un reflexe foudroyant propre à son espèce la libellule esquiva d'une embardée désespérée la vague de fond qui monta soudainement du plan d'eau, Un vacarme assourdissant couvrit le chant de l'oiseau et plusieurs pétales des fleurs furent arrachés par le vent de tempête soufflant suite au débarquement du prédateur ultime !
Un hurlement déchirant fit se cacher tous les petits mamifères locaux qui se terrèrent dans leurs antres, protégeant leurs petits et tremblant incoerciblement... La Bête était de retour !
A nouveau ce cri ! Suivit de plusieurs autres, comme si la Bête tentait de communiquer avec certains de ces grands bipèdes, auxquels elle semblait apparenté, qui occupaient ces étranges terriers construits de matériaux non naturels, et d'où émanaient des odeurs succulentes de nourriture et où l'on pouvait facilement piller les réserves abandonnées chaque soir dans ces cuves d'un matériaux à l'odeur étrange
Phénomène étrange, mais la Bête semblait avoir domestiqué les occupants des grands terriers qui lui apportaient à chacun de ses cris moultes boissons et nourritures. Les animaux craignant d'être à leur tour réduits en esclavage par la Bête et se terraient encore plus profondément... d'autant que le Monstre semblait capable de réduire leurs congénères en statue du même matériau que les grandes cuves ! Cette saison un porcin semblait avoir été victime du sort de pétrification...

Pour la faune, l'enfer était descendu sur terre et la mémoire de leurs ancêtres leur faisait savoir que cela durerait des jours...

Heretoc était content : enfin les vacances ! Ah quel plaisir de retrouver la piscine, sauter dedans pour chasser la libellule qui volait en stationnaire au dessus de l'eau depuis une demi heure... et cette formule all inclusive qui lui permettait de commander hot-dogs et cocktails depuis sa bouée au milieu de l'eau... le paradis sur terre en quelque sorte... mais seulement pour quelques jours

The End

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 24 septembre 2020 - 10:56

Un nouvel épisode partit une fois de plus d'échanges sur le Discord à propos d'Indoril, de Princesse, de chocolat à la cannelle et de trucs mignons...

Conte de fées révisé...

Ah ! Le beau Pays Imaginaire, ses forêts luxuriantes débordantes d'oiseaux multicolores, aux allées parcourues par les licornes, aux arbres taillés soigneusement par les elfes, ses déserts exotiques, ses plages paradisiaques, ses prés, ses champs soigneusement cultivés par une paysanerie heureuse... et à la tête de tout ça sa Majesté Sérénissime Sylvian le Sage, dans son palais de conte de fées tout de stuc et de marbre rose. Et au cœur de ce palais, entourée de petit chats trop mignons, le joyau de la couronne, la sublime Princesse Indoril.

Ah, que de princes auraient rêvé accéder à ce palais des mille et une nuits pour tenter de séduire la Belle, de gagner sa main à la faveur d'un tournoi, de terrasser dragon ou sorcière maléfique... Mais c'était sans compter sur le terrible gardien des lieux, Heretoc le Maudit, et ses sbires tous plus effrayants, cruels et terribles les uns que les autres...

Ah, si seulement le conte avait pu commencer comme ça...

Mais la réalité est plus cruelle que l'imagination du pire des conteurs : La princesse Indoril, au cœur de son château, se morfondait au milieu se ses milliers de coussins de soie, mis en place pour protéger ses hanches et ses cuisses des chocs contre les coins de meuble, une tasse de chocolat à la cannelle à la main, tout en faisant défiler sur l'écran de son smartphone, d'un doigt rageur, les lignes écrite par cet abruti d'écrivaillon de fic à la noix qui semblait se complaire à lui pourrir son existence virtuelle en imaginant les pires situations possibles... Mais il allait lui fiche la paix à la fin... Ah, ça se prend pour un Dandy, mais se moquer des filles ne semble pas le déranger.

Elle se disait qu'elle pourrait compter sur le soutien de ses deux sœurs de cœur, Pika et Nimy, pour rabattre son caquet à ce Nono qui n'est pas le petit robot... Et flute à la fin, quelle idée il avait eu de l'entourer de chatons... Ok c'est mignon, mais en GIF ! Là, avec son allergie aux poils de chats, elle avait en permanence les larmes aux yeux et le nez qui coule ! Quel enfoiré !

Et quelle idée à la c… d’avoir fait de Sylvian le roi de ce monde de pacotille dans lequel elle se retrouvait malgré elle coincée : dès qu’il aurait pris connaissance de ces lignes, il se la jouerait « pater familias » et lui interdirait de sortir après minuit ! Et princesse… pour finir dans cette immense robe de tulle rose bonbon pas pratique du tout pour se déplacer… Il y’avait beau y avoir des coussins partout, elle se prenait tout le temps les pieds dans l’un des multiples jupons et se vautrait sur le marbre. Ah ! Merci les bleus…

Et le pire, le pire, c’était Heretoc qui s’était lui aussi pris au jeu et qui boutait, revêtu de son costume d’infirmière Joelle, hors du royaume tous les beaux gosses qui venaient lui faire la cour ! Elle allait finir vieille fille à ce train là.

Ah ! Le responsable de tous ces malheurs allait payer, et cher !

Tranquille dans son coin, Itzuki vivait sa vie d’elfe dans la joie et la guimauve, coiffant des queues de licornes, chevauchant des pégases et mangeant de la salade… Elle vit soudain foncer vers elle une étrange tornade rose bonbon surmontée d’une tête écarlate de colère… Elle eu juste le temps de reconnaitre le sceptre royal, appelé bâton du dédain compte tenu de la position du médius sur le poing de métal, s’abattre vers son crâne… un bruit de bûche qu’on fend et le noir… puis un long tunnel avec une lumière au bout… Elle trouva ça trash… mignon mais trash…

END

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 23 octobre 2020 - 16:52

Une petite Short Horror Stories pour célébrer dignement l'affranchissement de Zerhel à la grande communauté des redshirts...
Les contraintes : "trombone, géranium, poire à lavement"




Ses yeux restaient braqués sur son écran, la main légèrement tremblante... elle allait enfin y parvenir... Ce dixième étage de la tour Galamadriabuyak lui avait donné tellement de fil a retordre, et elle allait accomplir l'exploit que très peu de joueurs étaient parvenu à réussir avant elle : soloter l'étage ultime !

Elle fit rapidement glisser sa souris vers la droite pour faire esquiver à son avatar un jet de flammes craché par un gigantesque dragon, se piquant l'auriculaire sur un vieux trombone en partie déplié avec lequel elle avait la sale manie de se curer les ongles...

A un niveau microscopique, quelques millions de bactéries accumulées sur le petit morceau de métal un peu rouillé pénétra l'épiderme, attaquant les tissus sous-cutanés avec un appétit vorace avant d’envahir le système sanguin.

La douleur liée à l’empalement de son petit doigt déconcentra une micro seconde Zerhel, ce qui laissa à l’intelligence artificielle qui gérait le jeu Horizon 4.0 le temps d’enclencher une attaque dévastatrice visant le dos de la magicienne qui affrontait le dragon sur l’écran de la jeune femme presque trentenaire : La Source du Chaos venait de faire son entrée et cela tournait très mal pour la joueuse.

Ce qui devait arriver arriva et l’avatar finit réduit à une pluie de pixels.

De rage Zerhel frappa violemment du poing sur son bureau, renversant le bouquet de géraniums du jardin que sa mère lui avait remis la veille avec des pommes du même jardin. L’eau du vase se répandit sur toute la surface en aggloméré et la jeune femme eu juste le temps d’attraper une poignée de kleenex pour éponger le désastre avant que le liquide ne trempe son clavier et sa souris de gammer qui lui avaient couté un demi mois de salaire.

D’autres bactéries laissées dans le liquide par les tiges pourrissantes de fleurs profitèrent de la brèche dans l’auriculaire pour elles aussi, à leur tour, commencer leur œuvre dans l’organisme de Zerhel.

Frustrée, la jeune femme éteignit son PC et se rendit à la cuisine pour attraper l’énorme pot de glace au chocolat et éclat de noix de macadamia, une cuillère à soupe, et alla se vautrer sur un canapé au tissus usé et recouvert d’un grand plaid en laine polaire. Elle zappa rapidement jusqu’à tomber sur une de ces multiples séries de téléréalité afin de se vider la tête et d’évacuer sa déprime passagère suite à son cuisant échec.

Les mésaventures du beau gosse Zazoit, au bord de la piscine de la villa des Anges du Loft, qui venait de se prendre un vent monumental de la part de la starlette à la poitrine surdimensionnée Indoril lui changea agréablement les idées, surtout quand cette dernière connut la même désillusion lorsqu’elle tenta de séduire le ténébreux et musculeux Loan qui lui n’avait d’yeux que pour les abdos de son collègue et se demandait si ce dernier prenait des anabolisants…

Les lois de l’univers sont immuables et celle de Murphy l’est particulièrement… suite à une rupture de la chaine du froid, la délicieuse glace s’était chargée de multiples micro-organismes aux noms savants, finissant souvent par « coli ».

Le cocktail microbien pris son temps avant de se manifester vers quatre heures du matin, forçant sa pauvre victime à maintenir sa tête dans une bassine le postérieur soudé à une cuvette en porcelaine.

Plusieurs heures après, n’ayant pas de nouvelle de sa fifille adorée, la mère de Zerhel paniquée utilisa le jeu de clés qu’elle avait fait reproduire en douce pour pouvoir espionner sa fille et se tenir au courant de ses éventuelles relations sentimentales. Elle trouva la pauvre enfant, car c’est encore ainsi qu’elle la considérait, étalées littéralement dans tout ce que son corps traumatisé avait évacué.

Un efficace et sexy médecin pompier rassura la mère éplorée avant de monter à l’arrière de l’ambulance rouge criarde surmontée d’un gyrophare. Le capitaine Marius tapa sur le toit métallique pour indiquer au chauffeur de prendre à toute vitesse la direction du CHU voisin avant d’entamer une procédure de premiers soins d’urgence sur la blonde évanouie, ligotée sur le brancard. Il la trouvait plutôt mignonne malgré les traces laissées sur ses joues pâles par les jets que ses entrailles avaient déversés pendant la nuit.

Les constantes étaient mauvaises et il insista pour accompagner sa patiente jusqu’à la salle de soin des urgences. Il convint très rapidement, tout en remplaçant ses gants en latex, avec son confrère interne qu’un lavement au charbon actif et une injection massive d’antibiotiques étaient indispensables. Devant l’air écœuré de l’interne, le docteur Marius, qui en avait vu d’autre, s’empara de la grosse poire en caoutchouc qu’une infirmière venait de déposer sur le plateau chromé à côté de la table sur laquelle la jeune femme était allongée.

Assisté de l’infirmière, manifestement rodée aux pires situations, il découpa le fin coton de la chemise de nuit soudée à la peau par les matières qui avaient imbibé le tissu avant de sécher, enduisit l’appareil médical de gel et procéda à la délicate opération. Malheureusement le jeune interne bouscula un plateau en équilibre sur une autre table au moment où il se redressa après avoir posé la perfusion d’antibiotiques. Le fracas provoqué par la chute des divers flacons et ustensiles sur le sol carrelé fit sursauter Marius et son assistante. Le pompier, par reflexe, serra le poing sur la poire et injecta les trois quarts de son contenu en une seule fois dans les entrailles malmenées de la pauvre patiente.

Le résultat fut cataclysmique, tout ce que contenait encore les intestins de Zerhel fut aspergé sous haute pression dans la moitié de la salle de soin, repeignant murs, mobilier, appareils médicaux, pompier et infirmière d’une mince pellicule maronnasse, odorante et surtout hyper chargée en bactéries nocives.

Les microbes trouvèrent facilement des voies de passage pour envahir avec toute leur virulence ces deux nouveaux hôtes qui manifestèrent, compte tenu de la charge virale concentrée et de l’extrême puanteur de ce qui les recouvrait des pieds à la tête, assez rapidement des signes de nausée.

Effaré, l’interne ne remarqua pas que sa patiente venait d’ouvrir les yeux. Ceux-ci étaient devenus étranges et effrayants : le blanc était d’un jaune pisseux, parcouru de veinules violacées, l’iris était devenu gris pâle et les pupilles oranges. Un filet de sang mousseux couleur rouille s’écoula de sa bouche avant que la jeune femme ne se redresse et attrape d’un geste trop rapide pour être capté par l’œil de l’étudiant en médecine le bras de ce dernier avant d’y planter avec gourmandise les dents…

Trois semaine plus tard, les caméras, toujours alimentées en électricité par on ne sait quel miracle, de la villa des Anges du Loft capturèrent les images d’un Zazoit en plein combat contre une nuée de ces zombies qui avaient envahi à la vitesse de l’éclair le continent tout entier, à coup de barre d’haltères. Ce dernier ne vit pas tituber dans son dos Loan et Indoril que le terrible virus avait en quelques secondes transformés en créatures de cauchemar affamées…

END

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 25 novembre 2020 - 10:34

Une discussion sur Discord où notre marmotte du jour, Marius, prétend être emprisonné par sa couette puis mangé par son lit pour échapper à la corvée d'un devoir de Philo à finir en urgence... Que demander de plus pour imaginer une petit histoire effrayante ?


*Le hurlement du réveil tira le dormeur des bras de Morphée avec la violence caractérisée d'une sirène de bateau à 3 cm de son oreille. D'une main rendu malhabile par la torpeur, il parvint au bout du troisième essais à frapper du bout des doigts le bouton qui allait mettre fin à la torture sonore qui lui vrillait les tympan. Il se rappela alors le devoir de philosophie qu'il avait procrastiné trop longtemps et s'était promis d'achever dans la matinée. Il poussa mollement sur la couette, laissant filtrer un courant d'air glacial dans cet antre de chaleur et poussa un "brrrr" peu viril, avant de se rendre compte que le confortable duvet présentait une résistance peu commune à sa poussée. Il sollicita ses biceps et quadriceps pour exercer une pression verticale de bas en haut plus puissante, mais de nouveau l'accessoire de literie lui opposa une ferme résistance.*
*D'abord amusé par cet étrange phénomène, il commença à paniquer lorsqu'il tenta ajouter la force de ses jambes puissantes à force de les muscler par de longues et sportives randonnées montagnarde et qu'il se rendit compte que lesdites jambes avait été comme absorbée par le matelas. Seul le haut de ses cuisses dépassait au dessus du drap housse.*
*Il tenta de s'extirper du piège de tissus, mousses, plumes et ressorts savamment agencés pour former une couche confortable, mais s'aperçut avec une horreur croissante que ses mains qu'il avait appuyées sur le matelas étaient elles aussi maintenant prisonnière et que ses bras désormais étaient lentement aspirés comme le reste de sa personne à l'intérieur du lit. Il tenta alors d'appeler à l'aide, mais aussitôt qu'il ouvrit la bouche, un pan de couette s'inséra jusqu'au fond de sa gorge, étouffant tout son et tout passage d'air, suffocant le malheureux au passage.*
*Quelques heures plus tard Madame Marius passa une tête par la porte de la chambre de son grand garçon qu'elle avait en vain appeler plusieurs fois à descendre prendre son petit déjeuner. Voyant le lit impeccablement fait et les lieux vides, elle estima que l'adolescent montée en graine avait du quitter le logis pour aller retrouver elle ne savait quel copain pour un de ses tournages à la noix, ou retrouver une jolie fille au coin du bois.*
*La gendarmerie locale mit deux mois avant de cesser les recherches après l'horrible découverte des restes momifiés du jeune homme dans l'épaisseur de son matelas par les braves gens qui avait acheté le lit d'occasion sur le Bon Coin...*

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 07 décembre 2020 - 11:29

Une nouvelle victime du sérial redshirteur...

L’aventurier était enfin de retour dans son humble demeure de 1500 m² avec vue imprenable sur le Lac de la Chtouille, baptisé ainsi à cause de l’odeur qui s’en échappait à chaque solstice après que les druides locaux s’y soient trempés en slip après une danse aussi chamanique que ridicule pour fêter le renouveau de la Vie.
Il avait terrassé tarasques et tamanoirs zombies, vampires et goules, orcs et gobelins, dans moultes quêtes qui l’avaient vu revenir couvert d’or, de gloire et de pansements. Il goutait donc à un repos bien mérité et recomptait, sans se tromper pour une fois grâce au point d’intelligence glané en plus de quelques milliers d’XP, avec délectation son imposant butin.

Le carillon de l’entrée, savante reproduction avec des clochettes en cuivre poli de la Marche Barbare, raisonna soudain, tirant notre héros fourbu de son activité comptable.

D’un pas tout à fait quelconque il alla voir qui pouvait venir ainsi troubler sa retraite et observa à travers la meurtrière jouxtant l’imposant portail bardé d’acier et de runes destinées à éloigner le démarcheur les deux énergumènes qui tapaient du pied pour se réchauffer en cette froide journée de décembre.
Ces pauvres hères ne semblant pas présenter le moindre danger, il ouvrit l’imposant huis tout en saisissant au passage un glaive qu’il conservait dans le porte parapluie « au cas où »

« Salutations nobles aventuriers ! Nous avons été informés de ton retour au Village et avons souhaitez nous présenter à toi ! Nous sommes tes nouveaux voisins, les membres du culte d’Ivy, la communauté d’Hedëra, et pour entamer de bonnes relations de voisinages, nous t’avons préparé avec amour une fournée de cookies ! »

Le plus petit des deux, manifestement de sexe féminin d’après sa voix, les épaisses couches de tissus et de fourrures destinées à le protéger du froid rendant une identification visuelle impossible, tendit une boite en fer piquetée de rouille dans laquelle se battaient en duel quelques biscuits à moitié brisés et à moitié recouverts d’un fin duvet verdâtre, signe d’une moisissure avancée.
Ecœuré par cette vision, notre héros eut un geste de recul tout en agitant son bras désarmé en signe de dénégation, une grimace de dégout accrochée au visage.

Face à cette réaction, le petit individu recula pour laisser la place à son comparse qui tendit à l’aventurier fatigué un étrange objet en bois, ressemblant vaguement à un porte cierge, duquel pendait une cordelette usagée. Soudainement, comme prise d’une vie propre, la cordelette s’anima et bondit jusqu’au poignet de l’aventurier.
Par reflexe se dernier abattit son glaive sur l’entrave, mais la lame se brisa au contact de la corde. Le plus grand des deux visiteurs tira alors un grand coup en arrière et notre héros fut arraché du sol, fit un salto avant de retomber jambes écartées droit sur la partie pointue de l’accessoire en bois dans la main de son ravisseur.

Une maxime populaire prétend que le pal est le seul supplice qui commence bien… il faut croire que ce dicton est emprunt de réalité car depuis peu, on peut voir Slothzilla parcourir la contrée, une boîte de vieux cookies à la main, accompagné d’un acolyte armé d’un bilboquet sans boule, pour convertir doucement et surement les autochtones…

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 16 décembre 2020 - 18:30

Explications rapides : Un mercredi, sur le fil de discussion du Discord, nous échangions à propos du regretté Coluche et j'eu l'innocence de proposer qu'un jour une fic commence par les mots "c'est l'histoire d'un mec". Sacha (aka l'Etoile Filante, lui aussi auteur sur ce Forum) me provoqua : "Mais ça m'étonne que tu ne l'aies pas déjà faite... Un peu d'efforts quoi !"

J'ai fait un effort...

-------------------------------------------------------------
"c'est l'histoire d'un mec qui, un jour, pris dans le feu de l'action, fit la remarque de trop sur un canal de discussion... son innocente victime, lassée de tant de mépris pour son art, eut la moutarde qui lui monta au nez, provoquant un éternuement. Or ladite victime était en train de subir un test PCR et l'éternument provoqua ce mouvement classique de la tête du haut vers le bas, entrainant la perforation du cartilage au fond de la fosse nasale et l'embrochement d'un lobe du cerveau au bout de la tige métallique entourée de poils. Lorsque le laborantin paniqué par le bruit de craquement retira d'un geste brusque l'écouvillon, un long filament de matière grise fut entrainé, provoquant comme il se doit le décès tout aussi tragique que peu glorieux de l'innocente victime.

Outre la ruine du laboratoire suite au procès que l’ingénieuse veuve fit suite à cette faute professionnelle manifeste reconnue par les tribunaux, il se trouve que le défunt avait été infecté par le terrible virus qui avait provoqué le confinement de 90% de la population mondiale, et que l’extraction du cerveau au moment du pic infectieux eut un effet secondaire des plus inattendu.

Alors que le corps reposait encore sur une table en inox après une ultime expertise nécrologique, il fut parcouru de frissons, et le mort se remis sur ses pieds. Un terrifiant éclat rougeoyant éclairait ses pupilles, et il se mit, d’abord maladroitement, puis dans un titubement parfaitement maitrisé à parcourir les couloirs de la morgue. Un gardien aperçu le zombie et tenta de s’interposer. Mais son tazer n’eut aucun effet et il finit par succomber à la force titanesque du mort-vivant qui lui arracha la jugulaire dans un claquement de dent.

Quelques heures plus tard, le mort fut aperçu par quelques femmes exerçant le plus vieux métier du monde qui, croyant à un client tardif s’approchèrent… pour être à leur tour à moitié dévorées par la horde des infectés qui suivait un peu plus loin le macchabé réveillé de son dernier sommeil.

Le lendemain, l’armée n’ayant pas réussit à endiguer la vague des morts-vivants, la population survivante s’était retranchée comme elle le pouvait dans les quelques endroits encore défendus dans le pays, alors que les quelques médias encore en état de fonctionner annonçait l’hécatombe massive et l’accroissement exponentiels du nombre des monstres. Les places fortes tombèrent l’une après l’autres face à cette armée invincible toujours menée par le premier des zombies.

Notre « mec » faisait partie du lot de ceux qui avaient trouvé l’ultime refuge de l’humanité dans une ancienne caserne de la Légion dotée d’un bunker. Ils savaient que ce n’était que reculer pour mieux périr car aucun blindage au monde n’avait pu résister plus de quelques heures aux terribles griffes des monstres. Beaucoup de scientifiques, pour la plupart morts et maintenant intégrés à la horde, étaient persuadés que ce monstre avait un but bien précis…

Un raclement se fit entendre sur la porte blindée… La tête du cas n°1 se voyait nettement sur les caméras de surveillance encore en état de marche… et tous entendirent son râle : « Sachaaaaaaa ».

Les survivants se tournèrent d’un bloc vers le « mec », puis se regardèrent, l’attrapèrent et le jetèrent en pâture à la horde qui venait de franchir le dernier obstacle sur sa route, pensant s’offrir ainsi un ultime sursis avant la fin…

Sacha sursauta violement en entendant la porte de sa maison claquer, annonçant le retour de sa mère avec les courses du diner. Il massa sa joue gauche encore imprimée de la trace des touches du clavier sur lequel il s’était assoupi. Il relut le dernier post du Dr No : « Faudra commencer une fic comme ça un jour... "c'est l'histoire d'un mec..." ». Il tapota rapidement une réponse : « non, définitivement non ! »

--------------------------------------

Postface : l'idée de l'écouvillon est directement inspirée d'une réplique de Sacha^^

FIN



Édité le 12 janvier - 09:45 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 16 décembre 2020 - 21:21

Note à moi-même : Continuer de donner des idées à Arnaud est bien, mais pas de trop bonnes. x)

:curseur-ordre L'Ordre est Infini... :curseur-ordre
:curseur-ordre L'Ordre dominera Olydri ! :curseur-ordre

Etoile_Filante
Sujet: 1
Messages: 4
Inscription: 29 août 2020
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 07 janvier - 17:34

Une petite nouvelle suite à l'intervention d'un nouveau participant sur le Discord (souhaitons au passage la bienvenue à Apon) à propos duquel un jeu de mot facile m'est venu ("ton prénom, c'est Petit pat, Apon ?") petit Pat Apon... nul hein...? Au final ça a donné ça...

Mourbeling On the Bridge

Le Mourbeling était sur le qui-vive… cela faisait maintenant trois heures que lui et ses congénères traquaient leur proie. Cet idiot d’Olydrien en chapeau haut de forme avait commis la dernière erreur de sa courte vie : entrer sur le territoire de la Tribu de Da-Hanna, dans cette vallée forestière où nul ne chante « lalalala » après avoir prononcé le nom de la tribu sans le payer de sa vie sur un pal bien aiguisé !

Mais Pat le Mourbeling de la tribu de Da Hanna, surnommé « Petit Pat » par ses congénères du fait de sa courte taille, était fier de cette règle ancestrale sur le traitement des étrangers qui sifflotaient sur l’air populaire de Man’Ô, ce dévergondé troubadour qui avait pondu cette atrocité musicale mêlant le chant râpeux à la musique Selteu. D’autant plus qu’il excellait dans l’art de tailler des pieux bien pointus…



Ce gars de la ville en costard trois pièces s’était pointé comme si le monde lui appartenait, et alors que Petit Pat et les autres guerriers étaient partis chasser les Da Hu, des Mourbelings dégénérés des montagnes qui avaient la mauvaise habitude de venir avec leur jambe plus courte que l'autre leur piquer des champignons dans les bois sacrés de la tribu, dans le village des Mourbelings de la tribu de Da Hanna, pour exiger, oui, exiger de leur chef Yttrium le Glaireux un échantillon de salive qu’un Renard Démon (YokaïKitsune) lui aurait craché dessus il y a quelques lustres et que l’ancêtre avait conservé dans un vieux tube en verre au cas où le Chaman du village aurait une idée de malédiction… Tout ça au motif que ce dandy aurait un soupçon d’amitié pour la maudite bestiole…

Et certains témoins avaient rapporté à Petit Pat que le chef, privé de ses meilleurs guerriers, aurait cédé devant les menaces prononcées à voix basse par l’étranger qui se dissimulait derrière un étrange masque… Or pour Petit Pat, le plus grand guerrier du village malgré sa petite taille, un tel affront, aggravé par le fait que l’Olydrien aurait siffloté la chanson maudite en repartant, ne saurait être réparé que lorsque les tripes du malotru pendraient telle une décoration festive sur la façade de la hutte du chef !

Malgré les faibles protestations et avertissements du vieillard qu'il n'écouta pas, Petit Pat réunit son escadron de chasseurs et de guerriers et se lança sur les traces de l’étranger qui étaient fort faciles à suivre, ce benêt étant manifestement ignorant des dangers qui rodaient dans ces bois touffus, dont le plus dangereux… les Mourbelings de la tribu de Da Hanna !

Ce grand dadais marchait vite et ignorait les obstacles, ce qui lui avait permis de prendre une belle avance, mais ça y était, il ne pouvait plus être très loin, et le chemin qu’il avait suivi le menait droit vers le Pont Du Mourbeling, seul passage possible au-dessus du fleuve du Mourbeling à des lieux à la ronde (Vous aurez noté chers lecteurs la tendance gaeiaesque des Mourbelings à s’attribuer la propriété de tout ce qui existait sur leur territoire…).

Petit Pat s’était donc posté à l’entrée du pont pendant que ses acolytes rabattaient leur proie vers lui.

Au bout d’un moment il crut entendre des bruissements de branches et quelques bruits mous en provenance des épaisses frondaisons, de la fumée jaillit de plusieurs endroits après quelques bruyantes explosions, les chasseurs ayant l’habitude de rabattre le gibier en l’effrayant par des jets de feu Mourbeling (un genre de feu grégeois), puis enfin un pas rapide. Haha ! L’étranger fuyait devant la colère des guerriers Mourbelings !

Enfin la silhouette du grand gaillard sortit d’entre les arbres. L’Olydrien rajustait ses manches, dont l’une était transpercée d’une flèche mourbelingne et redressait son chapeau encore fumant d’être passé trop près des flammes. Il était ridicule dans cet accoutrement absolument pas adapté à la fuite en forêt !

Petit Pat sauta de derrière le pilier du pont qui le dissimulait pour se camper fermement sur le trajet du dandy et déclara d’une voix claire :

« Ta route finit ici étranger qui a bafoué les traditions de la tribu de Da Hanna et manqué de respect à son chef en profitant lâchement de l’absence des guerriers ! Mais moi, Petit Pat, le meilleur traqueur de la vallée de Da Hanna, je vais te faire passer le gout du vol et du mépris en t’empalant sur ce joli pieu que j’ai taillé rien que pour toi dans le meilleur chêne de… »

Petit Pat regarda alors l’étranger qui, s’il avait légèrement ralenti le pas, poursuivait tranquillement son trajet vers le pont dont il barrait l’accès.

« Mais pourquoi tu fais des ronds avec ton doigt crétin d’Olydrien ? Tu entends ce que je te dis ? je vais te crever la panse et … tu chantonnes quoi là ? Mais je rêve ! »

Effectivement, se moquant éperdument des menaces, l’étranger chantonnait tranquillement une comptine tout en agitant un doigt ganté de gris vers le Mourbeling maintenant plus que furieux.

Ce dernier sentit soudainement et très douloureusement ses tripes se tordre, son corps s’étirer…

Un des guerriers qui avait suivit Petit Pat rapporta, lorsque ses congénères le retrouvèrent à moitié mort, suspendu dans un arbre avec les deux bras et le visage sévèrement brulés par l’explosion d’une boule de feu, que leur plus grand guerrier malgré sa petite taille avait succombé à la magie diabolique de l’étranger : celui-ci avait en effet étiré le corps du malheureux Mourbeling jusqu’à ce qu’il soit déchiré en deux par le milieu, puis projeté le tout vers le tablier du pont où les restes avaient finit par dessiner un huit parfait… l’étranger avait alors chanté un peu plus fort « et rond et rond Petit Pat à Pont… » puis avait tourné son visage masqué vers lui… il était persuadé, malgré l’immobilité du masque d’acier noir à l’œil gauche souligné d’une larme rubis que ce monstre lui avait cruellement sourit. Il en ferait des cauchemars tout le restant de sa vie…



Édité le 28 janvier - 11:22 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 12 janvier - 09:48

Tout peut servir d'inspiration à mon esprit ravagé ! Un petit matin de janvier Heretoc a posté une ditaribe de quatre lignes sur le Discord à propos d'une femme ayant faillit l'écraser sur un passage piéton et s'étant fendu ensuite d'un commentaire : "alors on ne respecte pas les véhicules"...

Il n'en fallait pas plus...

-----------------------------------------------------------------------------------

Il en va de tout dans ce monde, comme du Karma... dans une dimension parallèle, une ^BIP^ de ^BIP^ manqua de renverser ce que sa conductrice avait pris pour un piéton lambda traversant au passage protégé parmi tous les piétons lambda de ce monde tellement identique au notre, à quelques détails près...

Car le piéton en question n'était autre qu'une divinité mineure au pouvoir incommensurable...

Quelques mètres après le dessin des bandes blanches signalant la priorité des piétons, la conductrice stoppa son véhicule, en sorti et railla sur un ton goguenard Heretoc à coup de "alors, on respecte pas les voitures ? Hahahaha !" avant de repartir sur les bérets de roues (une petite différence entre nos dimensions : la mode du chapeau n'a jamais vraiment pris là bas...)

C'était sans compter sur la colère légendaire d'Heretoc... usant d'un de ses pouvoirs divins, notre héros photographia avec un étrange appareil extrêmement semblable à un smartphone tant par l'usage qui en est fait que par ses caractéristique techniques le véhicule et sa conductrice, concentra son mana divin et usa de son terrible pouvoir : la DELATION !

Quelques minutes après, un hélicoptère de la Police de Répression des Outrages Unilatéraux aux Travailleurs (la PROUT) déboula comme sorti de nulle part et intercepta le véhicule qui avait manqué de faire d'un dieu mineur un carpaccio. Sa conductrice, identifiée comme Ellana Hedëra fut aussitôt appréhendée avec toute la force adaptée (une rotule déboitée, deux côté cassées et un tremblement incoercible lié au tazage massif) pour être directement embarquée jusqu'à la Fosse du Jugement où la confrérie de JudgeDead l'attendait pour rendre son verdict aussi implacable qu'expéditif. C'est l'un des plus terrifiants de ces magistrats autoproclamés qui rendit la sentence, le grand Titan : la mort par indorilation !

Ellana eut beau pleurer et supplier, rien n'y fit et elle fut conduite dans cette arène dont nul n'était revenu, constituée de répliques de meuble aux coin saillants et coupants comme des rasoirs, au sol extrêmement dur et lisse tartiné de savon noir pour provoquer chutes, meurtrissures et coupures, jusqu'à ce que mort s'en suive !

A l’instant où la malheureuse fut précipitée depuis le rebord à pic de la fosse vers son funeste destin, le Maître des lieux fit sa traditionnelle apparition sous les applaudissements de la foule en délire et prononça la traditionnelle réplique : « que les témoins prennent acte ! »

Heretoc, derrière son petit bureau du SAV des invocateurs d’élémental de nettoyage de piscine, ressentit au moment où la criminelle qui avait faillit mettre fin a sa prometteuse carrière de chanteur de piscine de salon passa l’arme à gauche, une immense félicité, comparable à la première fois où l’auteur de ces lignes épargna son avatar virtuel…

Dix-sept mois après les faits, l'heureux nouveau propriétaire du véhicule incriminé dans ce crime de lèse divinité eut la surprise de récupérer le portefeuille bien garni dans la poche du cadavre desséché d'un certain Kévin Yttrium qui avait été ligoté et bâillonné dans le coffre de ladite voiture pour avoir, du moins c'est ce que l'enquête a fini par révéler, omis de lécher les pieds de la folle du volant qui était accessoirement la gourou d'une étrange secte d'adorateur des Vis, ou d'Elvis, ou de Poison Ivy...

FIN

*le dernier paragraphe est venu dans un second temps quand Yttrium à la lecture de la première partie s'est plaint que je n'ai pas mentionné qu'il était enfermé dans le coffre de la voiture...



Édité le 12 janvier - 09:49 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 49 - PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics - Elémentaliste de l'Aurore sur le RP

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 41
Messages: 4815
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
39 réponses - Page : 1 sur 2 - 1 2

Utilisateurs parcourant ce sujet: 1 invité

Index du forum Index du forum Chroniques d'Olydri Fanfics Olydri's Discord Short Horror Stories