Top5 Sujets

Noob, le jeu vidéo !

dans La Taverne (162 réponses)

Publié par Heretoc, le 14 septembre 2017 - 12:18

A la chasse aux HF!

dans La Taverne (90 réponses)

Publié par Ycien, le 06 décembre 2017 - 09:55

Création de texte - Vos répliques favorites

dans Made in fan (11 réponses)

Publié par Heretoc, le 24 octobre 2019 - 18:12

Filtres Photos pour Facebook

dans Made in fan (8 réponses)

Publié par Ophaniel, le 10 janvier 2020 - 12:28

Horizon des potins

dans Fanfics (107 réponses)

Publié par LoanTan, le 19 mai 2020 - 19:54

Index du forum Index du forum Chroniques d'Olydri Fanfics Olydri's Discord Short Horror Stories

Olydri's Discord Short Horror Stories

Un peu de gore dans ce monde de smourbiff
45 réponses - Page : 3 sur 3 - 1 2 3

RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 13 juillet - 13:02

Un petit nouveau qui arrive sur le discord, une phrase sous une photo de profil d'une Modératrice susceptible de double sens grivois, des échanges très interprétables avec l'envie de hurler "titre" toute les deux phrases : le cocktail parfait pour donner l'envie à votre serviteur de mettre tout ça sous forme de fic...

Ce qui aurait du partir directement dans la section Sin O Psis du fait du caractère assez "hot" a finalement basculé ici quand j'ai proposer aux gens sur le Discord de choisir et qu'Heretoc a suggéré de faire les deux.

AVERTISSEMENT : cette fic est faite pour des yeux adultes : mineur, passe ton chemin !


FANTAISIE FINALE

Taibaka, le visage en partie dissimulé derrière un loup de soie aux motifs exotiques déambulait de sa démarche chaloupée, perchée sur les douze centimètres de talon de ses Jimy Choo noires vernies.

Le mouvement hypnotique de ses hanches moulées dans sa robe écarlate, fendue jusqu’à la jarretelle de ses bas noirs, et qui laissait apercevoir de creux de ses reins, faisait tourner la tête de la plupart des mâles sur son passage.

L’un des nouveaux venus à cette soirée sur le thème de Final Fantasy, le jeune et fringant Jean-Robert Stein, prit son courage à deux mains et osa aborder la sublime jeune femme, se retenant avec peine de plonger directement le regard dans le décolleté plongeant qui laissait deviner une poitrine qui aurait fait se damner des centaines de Don Juan.

Alors qu’ils partageaient leurs anecdotes sur le jeu vidéo qui occupait une bonne partie de leur temps de loisir, et que Stein découvrait ravi qu’en plus d’une plastique parfaite, Taibaka était aussi un esprit brillant, un individu haut en couleur vint s’incruster dans la conversation en saluant la femme masquée comme s’il la connaissait de longue date. Le soupir concupiscent que Taibaka émit en fermant ses magnifiques yeux verts, dont le délicat maquillage faisait ressortir l’intensité, lorsque ce dernier posa un baiser sur sa nuque en dit plus long qu’un exposé circonstancié sur la relation que ces deux là semblait partager.

La sublime jeune femme présenta alors celui qui manifestement était son amant comme étant Titan. Stein se sentit tout petit face à cette légende vivante du jeu et se tourna à demi, rouge de timidité.

Son regard accrocha alors les détails de la pièce autour d’eux. Pendant qu’ils devisaient tranquillement, la température était manifestement montée entre les convives : de nombreux couples s’étaient formés et échangeaient plus que des conversations mondaines, les lèvres soudées les unes aux autres.

Rougissant de plus belle il revint vers ses deux interlocuteurs qui se tenaient maintenant la main tout en discutant en montrant certaines personnes dans la salle :

- Tu ne vas pas faire l’erreur de te mettre sur Light ?
- Bah mes amis l’ont fait…
- On pourrait se mettre tous les deux sur Chaos ?
- Hummm, pourquoi pas grand fou ! Quelle gourmandise !
- Que veux-tu, on ne se refait pas ! Sinon j’ai bien une idée…
- Oh oui ! Monte moi comme un chocobo !

Son esprit de répartie trahi alors Stein qui lança un :

- Méfie-toi Taibaka ! Certains montent le côté obscur des chocobos !

Ce qu’il vit alors dans les deux regards qui se braquèrent sur lui doucha instantanément toute excitation chez Stein : il comprenait maintenant que quelque chose allait vraiment de travers dans cette convention… peut être cet arrière-gout qu’il avait senti dans le punch au oranges amères.

Et l’horreur le saisit : les convives avaient définitivement basculé dans la folie, laissant libre court à leurs libidos débridées.

Face à lui, Titan qui avait déjà arraché sa chemise sautait sur le dos d’une Taibaka en lingerie fine et, frappant les fesses aux courbes parfaites de sa monture d’une main, tendit l’autre vers Jean-Robert en hurlant « hue ! je veux lui faire découvrir ce qu’on a fait subir à Plume la semaine dernière ! »

Stein se rappela alors cet article dans la presse spécialisé relatant l’étrange disparition d’une gameuse célèbre, Plume, suite à une réunion des plus grands joueurs de la place dans une cave privatisée… et compris que les deux fous furieux à moitié dénudés, qui fonçaient vers lui, lui réservait un sort térifiant.

Le jeune homme prit ses jambes à son cou, franchit une multitude de portes et de couloirs, grimpa et descendit des centaines de marches, se perdant dans cet étrange labyrinthe, Taibaka avec Titan, toujours juché sur son dos, sur les talons.
Il finit par franchir une porte métallique rouillée qu’il claqua derrière lui, enclenchant les verrous. Le choc de ses deux poursuivants contre le battant qui vibra comme une cloche le fit reculer et trébucher sur une aspérité du sol, le faisant chuter lourdement sur les fesses.

Alors qu’il allait se relever, un léger chuintement et le souffle d’une respiration légère sur sa nuque fit se dresser tous les poils de son corps alors que sa peau se couvrait de chair de poule.

- Hummmmm les Maîtres m’envoient enfin de quoi me sustenter !

Jean-Robert, bien que paralysé de trouille, sursauta quand le collier d’acier claqua autour de son cou et que de mains fermes le saisirent par les aisselles, le remettant debout d’une seule traction. Puis son bras droit fut cruellement et douloureusement plié dans son dos pour le contraindre à avancer.

Sa paume était plaquée contre la peau nue de l’abdomen de son tortionnaire qui le poussa jusqu’ à une longue table de bois cernée d’outils chromés, de chaines et d’accessoires de cuir noirs et luisants.

Il se sentit de nouveau soulevé du sol pour être plaqué le dos contre le bois de la table. A moitié assommé par le choc, il ne put se débattre et se retrouva solidement enchainé au chevalet et découvrit avec horreur la personne qui l’avait maitrisé si facilement : une sublime femme à la peau rouge comme le rubis, aux courbes parfaites et entièrement nue qui alla déverrouiller la porte pour laisser le passage aux deux poursuivants qui avaient sagement patienté.

Jean-Robert eut d’abord du mal à les reconnaître, la peau de ces derniers, qui avaient profité du temps mis par sa tortionnaire à le neutraliser pour ôter les quelques habits qui leur restaient sur le dos, ayant aussi virée à l’écarlate.

Titan déclara alors : Ah ! Plume, tu as réussi à attraper notre petit chocobo trouillard ! Parfait, j’adore les proies terrifiées ! Décidément tu es l’étalon des succubes de ce bas monde.

Aurait-elle pu rougir un peu plus qu’elle l’aurait fait tant le compliment plut à la diablesse qui alla se saisir d’un scalpel brillant.

Plongeant la lame dans l’abdomen d’un Stein hurlant de terreur et de douleur, elle fendit la peau et la fine barrière des muscles, puis les trois démons plongèrent leurs griffes dans les entrailles du malheureux pour se baffrer des viscères tendres et fumants tout en laissant libre court à leur libido. Le supplice et l'orgie durèrent des heures, comme si la ténébreuse magie qui avait envahie les lieux avait décidé de faire durer le plaisir des uns au détriment de la vie de l’autre…

Une main se posant sur son épaule tira soudainement Jean-Robert de son sommeil et du cauchemar dont il n’arrivait pas à se dépêtrer.

Un homme en impeccable costume trois pièces tout droit sortit d’un épisode d’une série Victorienne, le visage dissimulé derrière un masque d’acier noircit, dont l’œil droit était souligné d’un rubis en forme de larme, le dévisagea un instant. Les iris rouges comme la braise de ce qui ne pouvait être que des lentilles de cosplay, du moins l’espérait Stein, restèrent un instant rivés dans ceux de ce dernier, puis, semblant rassuré, l’élégant dandy lui tapota l’épaule avant de se diriger d’un pas tranquille vers la sublime hôtesse qui avait organisé ce rassemblement de passionnés de Final Fantasy dans son manoir gothique. Il put entendre leur échange :

- Chère Taibaka ! Quel plaisir de vous retrouver toujours aussi magnifique et accueillante ! Mais où est donc caché votre diable de compagnon ?
- Cher docteur No ! le plaisir est partagé ! Mon Titan est en train de distraire quelques invités dans le sous-sol du donjon, peut-être pourrez-vous l’y croiser…

Un tapotement sur son autre épaule fit perdre à Jean-Robert sa concentration. Il se trouva face au charmant visage, peau écarlate en moins, de la succube de son cauchemar qui lui souriait gentiment en lui tendant un T-Shirt rouge.

- Bienvenue au club des redshirts, lui déclara Plume

Le fait que cette dernière conclue sa phrase en se caressant le bord des lèvres de la pointe de sa langue en le dévisageant d’un regard affamé fit couler une ligne de sueur glacée dans le dos de jean-Robert.



Édité le 13 juillet - 13:06 par Heretoc

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 51- PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics et à l'HdP - Elémentaliste de l'Aurore

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 42
Messages: 4954
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
le 24 novembre - 10:07

Une nouvelle petite histoire :

Il était une fois un participant du discord arborant les couleurs impériales qui avait décidé de se moquer des sans-faction en leur cherchant une devis ridicule...

Un dandy de passage décida de s'en amuser...

Mickey 4278 : 15/11/2022
bah du coup les "sans-factions sa sent pas bon" ????

Mickey4278 riait encore de sa vanne moisie sur les sans-faction, des larmes coulant de ses yeux. Puis il sursauta lorsqu'une main gantée de blanc se posa délicatement sur son épaule. Se retournant vivement il se trouva face à un masque d'acier noirci, comme passé à travers les flammes de l'enfer, l'œil droit souligné d'une larme de rubis. Au fond des gouffres noirs qu'étaient les yeux qui semblaient lire à livre ouvert jusqu'au plus profond de son âme, pulsait une lueur malsaine rappelant la lave au fin fond des cratères des plus dangereux volcans.

Il mit un temps qui lui sembla infini à sortir de la stupéfaction qui l'avait saisi pour mieux détailler son vis-à-vis, un homme élégant coiffé d'un haut de forme qui semblait lui sourire cruellement à travers son masque. C'est alors que la douleur commença à se manifester sur son avant bras gauche. Avec une horreur croissante, et ne pouvant esquisser aucun mouvement pour l'empêcher, il vit une bande de peau commencer à se détacher à partir de son coude pour descendre vers le poignet comme si une créature invisible passait sa chair à l'économe... Puis une fois la première bande tombée, le phénomène se reproduisit et une fois le bras totalement écorchée, l'accessoire de cuisine invisible poursuivit jusqu'à ce que les os eux même soient transformés en fines lamelles. Mickey4278 était paralysé mais ressentait tout sans même pouvoir expulser le moindre cri...

Puis son bras droit commença à son tour à passer à l’épluchage…

Cela dura des heures pendant lesquelles aucun tourment ne lui fut épargné, les vaisseaux sanguins étant systématiquement cautérisés pour éviter qu’une hémorragie ne gâche la torture. Le seuil de la douleur avait été complètement dépassé, mais même l’état de choc ne suffisait pas à atténuer les souffrances indicibles qu’il subissait…

Réduit à l’état d’homme tronc, Mickey4278 finit par s’écrouler, libéré des liens invisibles qui l’avait contraint jusque-là. Il hurla tant que sa voix finit par se briser en un ridicule sifflement d’asthmatique. Le masque surmonté du haut de forme se pencha et une voix d’outre-tombe murmura à son oreille : « les sans-faction vous pèlent comme des oignons ! »

Il fallut encore plusieurs longues et atrocement douloureuses secondes pour que le corps martyrisé se vide de suffisamment de sang pour qu’enfin la mort libère Mickey4278 dont l’âme bondit avec avidité vers cette aveuglante lumière au bout d’un très long tunnel. Parvenu à destination, l’ectoplasme fut surpris de se retrouver dans un élégant bureau aux murs marquetés et tendus de drap vert pour les parties qui ne disparaissaient pas derrière des bibliothèques chargées d’incunables.

S’il ne se savait pas mort, Mickey4278 aurait juré s’être réincarné dans un salon privé d’un club anglais de l’époque Victorienne. Un léger raclement de tissus sur du cuir ancien le fit se retourner. Dans un grand canapé Chesterfield recouvert de cuir vert assorti aux murs était confortablement assis un élégant dandy masqué d’acier noirci dont l’œil droit était souligné d’un rubis en forme de larme…

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 51- PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics et à l'HdP - Elémentaliste de l'Aurore

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 42
Messages: 4954
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
mercredi, à 18:51

C'est l'anniversaire d'une modératrice qui a plusieurs fois fait savoir qu'elle appréciait mes petites histoires horribles... Faisons d'elle notre héroïne aux dents longues !


Traque

Charles – Mark Héos le Titan de Heretoc, fils cadet d’une longue lignée aristocratique obscure dont les ancêtres s’étaient rendus célèbres lors de quelques massacres de populations lors des croisades, sortait de la salle de sport après son entrainement quotidien.
Il était extrêmement fier de la silhouette qu’il était parvenu à sculpter et qui faisait se retourner toutes les femmes sur son passage, surtout quand, comme aujourd’hui, il portait son costume gris Armani sur mesure et une chemise blanche coupe slim ouverte jusqu’au deuxième bouton.

Lorsqu’il tendit la serviette qu’il avait utilisée pour la douche à la préposée derrière le comptoir en lui susurrant un remerciement, celle-ci faillit s’évanouir que cette gravure pour première page de magazine de mode lui adresse la parole.

Puis le cirque habituel des working-girl qui trébuchaient sur leurs talons de 12 cm en se retournant pour examiner sa carrure et ses hanches fines, des gardiennes qui s’arrosaient les pieds en rinçant le trottoir devant leur immeuble, des lycéennes qui rougissaient furieusement en le dévisageant, des mères de famille qui manquaient de renverser la poussette contenant leur turbulente progéniture…

Il se gavait de toutes ces attentions et phéromones féminines qui emplissaient l’air à chacun de ses passages. Mais il avait une mission ce soir et pas le temps de baguenauder ni flirter. Une mission qui lui rapporterait un sacré pactole…

Parvenu dans le parking souterrain où il garait sa Maserati, il continua à se sentir observé. La sensation allait croissante et son instinct lui criait que ce n’était pas normal. Il se retourna vivement pour regarder dans la pénombre mal dissipée par les tubes néons du plafond, mais ne vit rien, aucun mouvement… il haussa les épaules, mettant ça sur le compte de la fatigue, grimpa dans son bolide à plusieurs centaines de milliers d’euros, fit vrombir le moteur parfaitement entretenu et démarra.

Après quelques centaines de mètres parcourus dans la rue, la sensation d’être traqué se manifesta de nouveau, lui arrachant un sourire. Il accéléra et zigzagua dans la circulation dont la densité diminuait en ce milieu de soirée, fit plusieurs détours avant de s’engager sur les quais en direction de la zone industrielle.
Après avoir éteint ses phares et sans toucher aux freins, il tourna brusquement entre deux hangars non éclairés et s’arrêta au fond de l’impasse, sauta habilement par-dessus le grillage et d’engagea dans un dédale de tas de palettes…
---
Elle avait faim et ce fichu soleil mettait des heures à se cacher à l’horizon. Accroupie dans l’ombre protectrice d’un capot de système de ventilation, elle observait intensément l’entrée de cet étrange lieu où les humains s’acharnaient sur d’étranges machines pour suer toute l’eau de leurs corps dans le maigre espoir de gagner un peu de force…

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 51- PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics et à l'HdP - Elémentaliste de l'Aurore

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 42
Messages: 4954
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
mercredi, à 18:52

Cette situation l’aurait fait pleurer de rire si elle avait été capable de verser des larmes. Mais elle était le Prédateur et seul un cruel sourire illuminant son visage parfait témoignait de son amusement.
Patiente, elle attendit que le maudit astre céleste dont les rayons étaient capables de la carboniser sur pied n’apparaisse plus dans le ciel aux couleurs désormais violacées pour sortir de son réduit et avoir une meilleure vue sur la rue située trente étages plus bas.
Pas besoin de jumelles pour voir, ses yeux étaient des merveilles de précision, capable de repérer une proie dans le noir absolu à plusieurs centaines de mètres, alors dans une rue où l’éclairage public commençait à prendre le relai…
Elle n’eut aucun mal à repérer l’humain qu’elle avait repéré la veille. Les conseils de cet étrange libraire, curieux mélange de monstre apocalyptique et de dandy de l’ère victorienne, sur ce terrain de chasse étaient décidément excellents.
Avec des gestes félins, elle s’engagea à sa poursuite, légèrement jalouse de voir que d’autres créatures féminines faisaient de leur mieux pour tenter d’attirer SA proie dans leur filet. Mais elles n’étaient à côté d’elle que des siècles de pratique avaient aiguisé comme la plus fine lame japonaise ancestrale dans l’art de la séduction de la gent masculine : un bon chasseur sait attirer sa proie, et elle était au sommet du podium desdits chasseurs.

Distraite par une femelle humaine qui venait de renverser le chariot dans lequel elle poussait sa progéniture, elle faillit rater l’entrée de sa proie dans un escalier s’enfonçant sous la rue. Elle prit sur elle de ne pas immédiatement bondir au risque de dévoiler sa nature à ces créatures inférieures qui grouillaient sur son chemin, se força à marcher tranquillement jusqu’à l’entrée d’un de ces endroits où les humains rangeaient pour la journée ces horrible machines puantes qui leur servait à se déplacer et s’engagea à son tour dans les profondeurs.

Elle faillit se maudire lorsque dans son empressement à se rapprocher de sa cible, elle ne fit pas attention et écrasa un de ces répugnant cafards qui trainaient à la recherche de débris et autres ordures dans tous les sous-sols de cette cité. L’humain qu’elle avait décidé de prendre en chasse se retourna brusquement, mais ses réflexes surhumains lui avaient largement laissé le temps de se mettre à l’abri des regards.

L’humain grimpa dans un de ces chars automatisé, plutôt pas mal du point de vue esthétique, mais si bruyant et puant !

L’engin semblait rapide, et l’idée d’une petite course ne lui déplaisait pas. Elle sentait l’excitation de la chasse la titiller. Elle abandonnant le trench-coat qui la dissimulait habituellement, révélant la tenue intégrale de cuir souple et ultramoulant qui dessinait sa silhouette de rêve qui avait poussé des rois à lui offrir leurs royaumes pour une seule nuit en sa compagnie… Ah le bon vieux temps. Mis à part ses yeux légèrement rougeoyants dans le noir, comme animés par une flamme intérieure, rien ne la distinguait des femelles humaines dont sa race avait pris l’apparence pour mieux se fondre au milieu de sa nourriture… enfin rien… elle aurait pu poser en une de tous les magazines de mode, faire hurler des foules d’admirateurs et vivre au milieu d’un harem de mâles et de femelles raide dingue de sa sublime plastique… cela était déjà arrivé d’ailleurs, plusieurs fois.

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 51- PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics et à l'HdP - Elémentaliste de l'Aurore

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 42
Messages: 4954
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
RE: Olydri's Discord Short Horror Stories
mercredi, à 18:52

Elle laissa quelques secondes d’avance à sa proie, pour ne pas apparaitre alors que rien ne pourrait la dissimuler dans ce sous-sol, puis une fois la voiture sortie dans un vrombissement, elle commença à trotter, profitant de chaque zone d’ombre pour disparaitre.

Une fois dehors elle accéléra, n’hésitant pas à sauter sur les balustrades des immeubles pour éviter qu’un piéton ou l’humain dans la voiture ne la repère.

Elle avait un peu sous-estimé la puissance de la machine à roue qui prit un peu plus d’avance qu’elle ne pensait lui laisser, mais tant qu’elle restait dans son champ de vision ce n’était pas un problème.
La voir faire des zig-zags et des détours l’amusa beaucoup : l’instinct de la proie était éveillé et cela ne rendait la chasse que plus excitante. Et le faire dans cette tenue qui lui permettait de gouter à chaque vibration que ses mouvements provoquaient alimentait ces délicieux frottements aux endroits adéquats qui en plus d’aiguiser son appétit, stimulait sa libido car chez ceux de son espèce, les appétits de chair et de la chair allaient souvent de pair.

La boite de métal à roue qu’elle poursuivait de loin braqua soudain vers une zone plus sombre et un groupement dense de hangar. Cet humain était décidément surprenant, mais l’obscurité était pour elle comme le plein jour et les lumières émises par son véhicule étaient trop faciles à repérées. Un sourire gourmand barra son exquis visage et elle pourlécha ses lèvres purpurines tout en stimulant la pointe de ses longues canines qu’elle imaginait déjà plonger dans la veine de sa proie pour en aspirer le délicieux nectar de vie…
Elle poursuivit son périple au milieu des hangars, les deux points rouges signalant sa cible à quelques centaines de mètres devant elle. Les odeurs nauséabondes de la pollution humaine lui chatouillaient désagréablement les narines, mais elle avait fini par s’habituer au phénomène qui avait commencé deux siècles plus tôt, l’odeur de pétrole raffiné remplaçant la puanteur du crottin des chevaux…

Sa proie disparut brusquement à sa vue. Oh ! Cela promettait ! Elle poursuivit tranquillement, sans accélérer et repéra aisément les traces laissées sur la chaussée par les roues à l’endroit où la voiture avait tourné. Elle vit rapidement que la voie était sans issue. Elle fut, quelques instants, méfiante : cela pourrait-il être un piège ? Mais ses sens aiguisés la rassurèrent rapidement : non, l’humain avait garer son char mécanique au bout de l’impasse. Elle put alors repérer son odeur dans laquelle flotait un soupçon de stress : il devait ressentir qu’il était suivi, mais pas encore au point de paniquer… Elle saurait changer cet état de fait… oh oui ! Il allait avoir peur ! Et son sang gorgé d’ocytocine n’en serait que meilleur.

Elle commença sa traque dans le labyrinthe de palette. L’humain avait pris de l’avance mais, malgré ses tours et détours, il se dirigeait globalement tout droit vers un grand bâtiment sombre au fond du terrain vague. Mais elle s’amusa à passer par tous les endroits où il était passé pour le simple plaisir de faire durer la traque.

Comme elle s’y attendait, la piste aboutissait à une petite porte métallique qui disparaissait dans l’ombre du mur en béton du bâtiment. Aucune lumière artificielle ne venait éclairer l’endroit.
Elle tira sur la poignée et le battant s’ouvrit, non verrouillé. Tendant l’oreille, elle ne repéra aucun son suspect et s’engagea dans les ténèbres du hangar. Le dédale de couloirs et de pièces vides totalement dépourvus du moindre éclairage ne la ralentit qu’à peine, ses autres sens ultra aiguisés prenant le relai.

Puis enfin elle sentit qu’elle atteignait le centre du bâtiment, une gigantesque salle. Au centre, allongé sur quelque chose, probablement un socle ou une table, se trouvait un humain. Elle s’en approcha. L’humain était légèrement frissonnant, il sentait sa présence, mais ne pouvait manifestement pas bouger… Elle s’approcha et toucha sa peau nue et les liens qui le tenait immobile. Elle entendit son souffle rauque accélérer lorsque ses doigts effleurèrent ce qui devait être le torse de sa proie… Mais qui l’avait ainsi ligotée ? A peine l’idée lui traversa l’esprit qu’elle se senti soudainement entourée de tout un tas de présences. Puis une lumière crue et aveuglante la paralysa sur place. On l’avait bel et bien piégée, mais sa fierté et sa faim lui avait fait ignorer toutes les alertes que ses sens lui avaient pourtant hurlés tout au long de cette traque bien trop simple…

Les créatures autour d’elle prirent leur souffle, elle se savait vaincue, mais se préparait à vendre chèrement sa peau, mais au lieu des hurlement de la meute, elle entendit des dizaines de voix chanter :
« Joyeux anniversaire Taibaka ! Joyeux anniversaire taibakaaaaa… »

La mâchoire inférieure de la vampire ancestrale en tomba de stupeur. Alors qu’enfin les éclairs rémanents de la brusque apparition de la lumière se dissipaient elle vit tout autour d’elle les représentant locaux de toutes les espèces monstrueuses qui faisaient trembler les humains dans leur lit : Yttrium le Croque Mitaine, Ellana la Harpie, des trolls, loup-garou et autres lycanthropes… Et ficelé nu dans du ruban pour cadeau de noël, l’humain qu’elle avait pourchassé offert tel un délicieux dessert.

Derrières tout ce beau monde, le monstre masqué au haut de forme qui l'avait entrainée là dedans souleva son chapeau dans un noble salut.

FIN



Édité mercredi, à 18:54 par Arnaud75

:curseur-empire :artheon-4 POURQUOI MOIIIIIIIII ?
Alias Dr No - Membre de la Guilde du Stylo Unique (a eu l'artefact sacré en main) - Mage de bataille niv 51- PJ et MJ sur le forum - scribouillard de fanfics et à l'HdP - Elémentaliste de l'Aurore

Arnaud75
Contributeur Trilogie
Contributeur RPG
Sujets: 42
Messages: 4954
Inscription: 27 déc. 2013
Hors-ligne
45 réponses - Page : 3 sur 3 - 1 2 3

Utilisateurs parcourant ce sujet: 1 invité

Index du forum Index du forum Chroniques d'Olydri Fanfics Olydri's Discord Short Horror Stories